Cynthia St-Hilaire
Agence QMI

Des carnavaleux par milliers


Cynthia St-Hilaire

Dernière mise à jour: 29-01-2012 | 00h05

QUÉBEC - Le site du Carnaval de Québec sur les plaines d'Abraham était plein à craquer, samedi soir, pour le coup d'envoi officiel des festivités.

«Ce n'était que party remis», a lancé à la foule le directeur général du festival, Alain Winter.

L'organisation avait décidé, vendredi, de repousser l'inauguration officielle à samedi en raison de la tempête.

Samedi soir, la température était idéale. «Préparez-vous à vivre le plus grand carnaval d'hiver au monde», a lancé à la foule le Bonhomme à bout de souffle.

Le feu d'artifice a donné le coup d'envoi officiel aux festivités qui s'échelonneront jusqu'au 12 février. «Ce que je trouve déplorable, c'est qu'on ne voit pas. On vient avec nos petits-enfants et ils ne peuvent même pas voir le Bonhomme parce que la scène est trop basse», a décrié une dame venue fêter le Carnaval.

Attirer les jeunes

La soirée s'est poursuivie en musique avec plusieurs DJ invités. L'objectif : attirer les jeunes.

«On ose se réinventer et on va vous le montrer ce soir», a dit M. Winter.

Ce virage jeunesse ne déplaît pas aux habitués comme Mario Girard. «Je suis un jeune étudiant de 50 ans.»

De son côté, Claude Laroche n'a pas manqué un Carnaval depuis le début en 1955. «J'ai les photos de toutes les duchesses et de tous les présidents. Je peux vous dire que la mère de Patrick Roy a été la reine du Carnaval en 1961», a relevé celui qui regrette l'époque des duchesses.

Le dernier Carnaval

Chantal Boulerice n'avait pas mis les pieds au Carnaval depuis des dizaines d'années. «Mais cette année, mon mari qui est en phase terminale voulait qu'on vienne.»

M. Fortier a plein de bons souvenirs liés au Carnaval. «Je viens du Saguenay. Quand j'étais jeune, on partait toute la famille pour venir à la parade en haute ville.»

L'homme de 56 ans qui souffre d'un cancer de la boîte crânienne depuis 20 ans n'a pas compris pourquoi les festivités ont été reportées d'une journée. «C'est une fête d'hiver, c'est normal qu'il y ait de la neige. Nous sommes en retard d'une journée.»

Activités ce dimanche

11 h 30 : Plaines d'Abraham Portrait souvenir avec Bonhomme 15 h 30 : Plaines d'Abraham Défilé des drapeaux 12 h 30 à 14 h: Plaines d'Abraham, Rencontre colorée avec Bonhomme

Un retour pour les duchesses?

Bonhomme participera à une activité de la Revengeance des duchesses, jeudi prochain. Doit-on y voir là un signe pour le retour des duchesses au Carnaval?

«Non, et vous voyez que je suis assez catégorique, a lancé Alain Winter, directeur général du Carnaval de Québec. Ce n'est pas du tout dans nos cartons.»

M. Winter explique que le Bonhomme participe aux activités qui lui sont proposées si son agenda lui permet.

Et puisqu'il est disponible, jeudi, il se rendra au vernissage du regroupement d'artistes Crazy Carpets organisé par la Revengeance des duchesses. L'évènement aura lieu à L'Établi, rue Saint-Vallier Est.

«Mais ce n'est vraiment pas un signe de rapprochement pour ramener les duchesses au Carnaval», a réitéré M. Winter.

L'instigatrice de la Revengeance des duchesses, Marjorie Champagne, n'a pas invité Bonhomme dans l'espoir que les deux organisations se rapprochent.

«Je l'ai invité parce qu'on aime Bonhomme», a lancé la jeune femme qui était prise sur un tournage, samedi après-midi.

Une première

Cette dernière a confirmé que c'est la première fois depuis la naissance de la Revengeance en 2010 que Bonhomme prendra part à l'une de leurs soirées.

Aimerait-elle que son groupe se joigne de manière officielle au Carnaval?

«J'en ai aucune idée. Je n'ai pas pensé à ça», a-t-elle répondu.

Sur le site Internet de la Revengeance, il est toutefois écrit que «la Revengeance des duchesses est contre le retour des duchesses, elles sont déjà de retour sous une autre forme».

Cette année, six duchesses et un duc prennent part à la Revengeance. Jusqu'au 11 février, les candidats qui représentent chacun un quartier collaborent à un blogue collectif.

Superficielles

Dans une entrevue accordée au Journal, jeudi dernier, Marjorie Champagne a décrié que les duchesses du Carnaval n'avaient pas la chance de s'exprimer. «On ne les entendait pas parler. Nous, ce que l'on veut, c'est de mettre à l'avant-plan la personnalité des duchesses. C'est de mettre le contenu avant le contenant.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos