Améli Pineda
Agence QMI

Un autre proche de Denis Coderre engagé par la Ville

Améli Pineda

Dernière mise à jour: 19-01-2016 | 13h57

MONTRÉAL - Un proche du maire de Montréal, Denis Coderre, a obtenu un contrat pouvant atteindre 24 999 $, soit la limite maximale avant que la Ville soit forcée d'aller en processus d'appel d'offres.

Bien que le contrat pouvait atteindre 24 999 $, la Ville a finalement précisé mardi soir que Robert Bouvier, qui a été président du syndicat des Teamsters Canada pendant 15 ans, aurait facturé seulement 4020 $, en date du 11 décembre 2015.

M. Bouvier, qui a été actif dans le milieu syndical pendant plus de 40 ans, a été mandaté en novembre dernier pour négocier avec la Fraternité des policiers et policières de Montréal.
Son contrat prévoyait qu'il touche un salaire de 670 $ par jour.

Selon les factures reçues par la Ville, M. Bouvier a travaillé 10 demi-journées à un taux de 335$ et une journée complète à 670 $.

Même si son contrat a pris fin le 31 décembre dernier, la Ville n'écarte pas la possibilité de faire à nouveau appel à M. Bouvier.

Approché par le maire

Plus tôt mardi, le maire Coderre a confirmé avoir lui-même approché M. Bouvier.

«C'est un proche, mais c'est avant tout un expert», a fait valoir M. Coderre. «Il va être là comme consultant, pas nécessairement à temps plein», a-t-il ajouté pour justifier l'entente conclue de gré à gré.

Manque de transparence

L'opposition officielle accuse le maire Coderre d'avoir tenté de «cacher» le contrat puisqu'il a été octroyé de gré à gré.

Le contrat se retrouve parmi une liste de bons de commande de près d'une centaine de pages.
S'il avait été de 25 000 $, la Ville aurait été obligée de lancer un appel d'offres.

«C'est très préoccupant, ce n'est pas un montant innocent. Pour nous, attribuer un contrat dont le salaire maximal est de 24 999 $ ressemble beaucoup à la volonté de l'administration d'éviter les instances et de passer sans appel d'offres», a déploré Guillaume Lavoie.

Contrairement à l'opposition, M. Coderre ne se scandalise pas de l'embauche, il dit plutôt avoir réalisé un bon coup.

«Lorsqu'on monte un comité de négociations, il est normal d'avoir de l'aide externe. C'est l'ancien président des Teamsters, un gars exceptionnel dans le milieu des relations de travail», a souligné le maire.

Troisième fois

Projet Montréal s'inquiète toutefois d'une nouvelle embauche d'un ami par le maire, et parle d'un «pattern Coderre».

«C'est la troisième fois que le maire utilise les fonds publics pour donner des contrats à ses amis», a affirmé Projet Montréal.

En 2014, la Ville a octroyé un contrat de 20 000 $ à un cabinet d'avocat d'un proche collaborateur du maire Coderre durant sa campagne électorale de 2013.

Récemment, l'embauche de Michel Dorais, ex-sous-ministre à l'Immigration qui a travaillé aux côtés de M. Coderre lorsqu'il était député à Ottawa, a fait jaser alors qu'il touche un salaire de 1800 $ par jour pour coordonner l'accueil aux réfugiés syriens.

Quant à M. Bouvier, il a aussi été un donateur de M. Coderre du temps où il était député fédéral avec le Parti libéral du Canada.

Il n'a pas été possible de joindre M. Bouvier mardi.

Embauches controversées:

20 000 $
Me Richard Phaneuf
Ouverture des bars jusqu'à 6h

110 000 $ (1800 $/jour)
Michel Dorais
Accueil des réfugiés syriens

22 827 $ (670 $/ jour)
Robert Bouvier
Négociation avec la Fraternité des policiers de Montréal

Aussi sur Canoe.ca


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos