Près de 13 millions pour rénover l’hôtel de ville

Brossard

 


Alexandre Lampron et Paul-André Gilbert

LONGUEIL - Les rénovations envisagées à l’hôtel de ville, dont la construction remonte seulement à 1991, pourraient coûter cher aux contribuables de Brossard. Prévus dans le programme triennal d’immobilisations (PTI), adopté le 17 octobre, les travaux de réhabilitation pourraient coûter jusqu’à 12,8 millions $.

Un audit technique commandé par la municipalité révèle que le problème se trouverait dans la conception même de l’édifice.

« La direction générale a commandé un audit technique afin de connaître la cause et l'ampleur des déficiences. Les informations que nous détenons à ce jour nous indiquent que le problème est dû à la conception et à la réalisation de l'ouvrage, et non pas à la qualité de la brique », a expliqué le directeur des communications de la Ville, Alain Gauthier.

Un rapport final est prévu en décembre.

Problème similaire à Montréal

L’entrepreneur qui a posé la brique durant les travaux de construction a fait faillite en 1995.

« C’est également le même entrepreneur qui a posé la brique au Complexe Guy-Favreau, à Montréal, et qui a eu les mêmes problèmes que nous, découverts des années après », a ajouté Paul Leduc.

Hôtel de ville : une dépense de trop

Plusieurs citoyens croient que c’est une trop grande dépense pour un édifice aussi récent. « C’est encore neuf, c’est de l’argent qui est dépensé de trop » s’est exclamé Christophe Tsang, lorsqu’il a appris la nouvelle.

Dominic Claveau, un Brossardois qui connaît le monde de la construction, a indiqué que la Ville devrait attendre avant d’investir tout cet argent.

« Même s’il y a une mauvaise conception, ils pourraient faire encore 20 ans avant que la brique soit imbibée et que ça devienne vraiment désuet. Ce n’est pas un matériel qui se dégrade », a-t-il affirmé.

D’un autre côté, certains des citoyens ont mentionné qu’ils étaient d’accord avec ces travaux de réfection, en raison de leur nécessité. « Je trouve que le montant est excessif, car l’édifice est récent, mais s’il y a un défaut de conception, on est presque obligé de faire le travail », a déclaré Richard Noël.

Le maire Paul Leduc a toutefois mentionné, lors de la présentation de son bilan de mi-mandat la semaine dernière, qu’il attendait un rapport qui lui donnerait une meilleure estimation des coûts de réfection. Selon des informations qu’il possède, le coût total des travaux se trouverait bien en deçà de la somme de 12,8 millions $ mentionnée dans le PTI.


Vidéos

Photos