Sarah Daoust-Braun
Agence QMI

Cannabis : près de 2000 policiers formés pour détecter les facultés affaiblies

Cannabis : près de 2000 policiers formés pour détecter les facultés affaiblies

istock

Sarah Daoust-Braun

La police de Montréal a formé près de 2000 agents pour mener des tests de détection primaires afin de détecter les facultés affaiblies par le cannabis lors de la conduite.

Entre 500 et 600 policiers devront aussi être formés au courant des deux prochaines années, a précisé mercredi le commandant André Durocher du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

« On a aussi une équipe de détection. Quand un premier test est fait et qu'une personne semble avoir les capacités affaiblies par une substance autre que l'alcool, à ce moment-là elle peut être envoyée pour être évaluée par ces agents, qui eux peuvent détecter des drogues », a-t-il expliqué.

Ce dernier a assuré que le corps policier avait pour le moment assez de policiers formés sur le terrain, et que le SPVM allait suivre la situation de près et s'ajuster en fonction des besoins.

« Le principe de tolérance zéro sera appliqué en ce qui a trait aux facultés affaiblies au volant », a soutenu la mairesse de Montréal Valérie Plante.

Le SPVM n'a d'ailleurs pas l'intention d'interdire à ses agents de fumer du cannabis pendant une période précise de temps avant d'être en fonction, contrairement à d'autres corps au pays. « La personne doit arriver sur son lieu de travail en mesure d'effectuer ses tâches et ne pas être sous l'influence d'aucune substance », a indiqué André Durocher.

La Sûreté du Québec va aussi permettre à ses employés de fumer à l'extérieur du travail, mais recommande à ses agents de ne pas consommer de cannabis 24h avant le début de leur quart.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos