Yves Poirier
Agence QMI

Ville de Montréal: première contestation judiciaire du règlement animalier

Ville de Montréal: première contestation judiciaire du règlement animalier

Photo Fotolia

Yves Poirier

MONTRÉAL - Près de trois semaines après son adoption, le règlement animalier de l'administration de Valérie Plante est confronté à une première contestation judiciaire.

Une mise en demeure au nom de propriétaires d'animaleries a été envoyée à la Ville de Montréal par l'avocat Yves Pepin. Ce dernier demande à l'administration de ne pas donner suite aux articles 22 et 23 du règlement, sinon il menace d'aller devant le tribunal pour forcer la Ville à reculer.

À partir du 1er juillet 2019, les animaleries seront obligées de vendre des chats, chiens et lapins qui proviennent seulement de refuges ou de cliniques vétérinaires.

«Tout d'abord, d'un point de vue strictement rationnel, nous comprenons mal que vous créez un monopole de vente pour les refuges et les vétérinaires au détriment des animaleries, qui opèrent des commerces à Montréal avec pignons sur rue depuis de nombreuses années», dénonce Me Pepin au nom de ses clients.

«Les animaleries s'approvisionnent auprès d'éleveurs réputés qui offrent une grande variété d'animaux de compagnies de races», ajoute l'avocat.

Lors de l'envoi de la mise en demeure, le mois dernier, Me Pepin dit avoir fait des recherches sur le site internet de la SPCA.

«Il n'y avait que 11 chiens de disponibles, tous des bâtards. De plus, la plupart de ces chiens, selon leurs fiches, semblent avoir un problème de comportement. Mes clients n'ont rien contre le fait de trouver un domicile à un animal, bien au contraire. Mais la clientèle des animaleries en est une qui, la plupart du temps, désire acquérir un animal de compagnie en début de vie, de race et surtout, qui n'a pas de problème de comportement, exprime l'avocat. En clair, les deux seuls refuges animaliers de Montréal ou l'on retrouve des chiens sont et seront incapables d'approvisionner les animaleries sur le territoire montréalais en encore moins de répondre aux besoins des familles adoptantes.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos