TVA Nouvelles 
Agence QMI

Un chauffeur d'autobus de la STM attaqué gratuitement

Un chauffeur d'autobus de la STM attaqué gratuitement

TVA Nouvelles

TVA Nouvelles 

Une autre agression physique visant un chauffeur d'autobus de la Société de transport de Montréal (STM) est survenue, jeudi soir dernier, de quoi relancer le débat sur l'installation des cabines protectrices dans les autobus pour mieux protéger les employés.

Le chauffeur d'autobus de la STM, Samir Hajjami, a communiqué via la page Facebook de TVA Nouvelles afin de dénoncer la violente agression dont il a été victime.

Au départ, il voulait tout simplement protéger une femme et son fils qui se disaient harcelés par un homme, dans l'arrondissement Villeray-St-Michel-Parc-Extension, à Montréal. Le forcené s'en est finalement pris à M. Hajjami, qui a reçu de nombreux coups et même une morsure. Il en porte encore les marques et il est psychologiquement ébranlé par l'attaque.

«Jeudi, vers 21h45, j'étais en devoir sur mon autobus, la ligne 99, à l'intersection de la 24e avenue et de la rue Everett, raconte-t-il. Au moment où je m'apprêtais à démarrer, j'ai vu une femme et son fils qui se dirigeaient vers moi pour monter à bord. Ils étaient suivis par un homme. La dame a dit ''Monsieur, aidez-moi. Cet homme nous suit depuis une centaine de mètres''. Moi, j'ai demandé à l'homme de quitter, sinon j'allais appeler la police.»

C'est lorsque le chauffeur d'autobus a pris le combiné pour appeler les policiers que l'individu s'est rué sur lui.

«Il m'a craché dans le visage. Il a commencé ensuite à me frapper. Il m'a donné un coup de tête. Je me défendais du mieux que je pouvais. J'étais cependant retenu par ma ceinture de sécurité, car je m'apprêtais à démarrer. Je suis resté assis. Je faisais face à un homme de 1,80 mètre et 80 kilos, il était trop fort pour moi. Je n'ai trouvé qu'une seule issue, c'est de me pencher vers la fenêtre, mais malheureusement, il m'a rattrapé en essayant de m'arracher les yeux. Il m'a grafigné le visage. Quand moi, je le tenais par le cou dans le but de le repousser, c'est là où il m'a mordu la main. C'est là qu'il m'a lâché et je suis sorti par la fenêtre», a raconté avec émotion Samir Hajjami.

117 agressions en 2018

En réaction, le président du syndicat des chauffeurs d'autobus a qualifié l'affaire de «triste moment».

«En 2017, on a eu 166 agressions dont plus de 70 agressions physiques, armées et des crachats. Et cette année, nous sommes rendus à 117 agressions dont déjà 56 agressions physiques», Renato Carlone.

La cabine anti-agression, une solution?

«La cabine anti-agression est toujours une option, il y a des pour, il y a des contre, souligne M. Carlone. On souhaite aller de l'avant avec cette demande et voir aussi jusqu'à quel point les cabines se sont améliorées.»

Pour sa part, la STM dit prendre note des préoccupations du syndicat.

«Depuis 2006, la STM a mis en place paritairement avec le syndicat le programme Sécuribus pour prévenir les agressions envers les chauffeurs. Ce programme vise à réduire le nombre d'agressions envers les chauffeurs grâce à des formations, des mesures de prévention spécifiques, la présence de caméras à bord des bus et des campagnes de communication auprès de la clientèle», a indiqué la porte-parole de la STM, Amélie Régis.

«De plus, nous nous sommes dotés d'iBUS, qui géolocalise les bus et d'un système de radiocommunication plus fiable. Dans le cadre du programme Sécuribus, nous avions aussi étudié la possibilité d'installer les cabines protectrices, mais après avoir vérifié ce qui se faisait ailleurs dans le monde, nous avions écarté l'idée pour des enjeux de sécurité, précise Mme Régis. Tout cela s'était fait avec l'accord du syndicat. Ce sera à évaluer dans le cadre du programme qui est paritaire. Le syndicat peut donc soulever l'idée. On prend bonne note de cette préoccupation.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos