Michael Nguyen
Journal de Montréal

Formule E : la Ville et la mairesse sont poursuivies pour 33 M$

Le propriétaire de la Formule E les accuse de rupture de contrat - Formule E : la Ville et la mairesse sont poursuivies pour 33 M$

Malgré un contrat liant la Ville de Montréal et la Formule E pour trois ans, la mairesse a mis fin à l'événement après la première course, d'où une poursuite de 33 M$. Photo Martin Chevalier

Michael Nguyen

Les entreprises Montréal c'est électrique [MCE] et le propriétaire des courses de Formule E poursuivent pour 33 millions $ la métropole et la mairesse Valérie Plante pour avoir mis fin à l'événement malgré le contrat les liant.

« La décision de la mairesse Plante d'annuler le ePrix de Montréal était basée sur la fausse croyance que la Ville n'avait aucune obligation envers MCE et Formula E Operations limited [FEO], et qu'elle pouvait complètement ignorer les conséquences de ses gestes », peut-on lire dans le document de cour déposé jeudi en Cour supérieure du Québec.

« Nous rejetons les prétentions de la Formule E et entendons contester celles-ci », a laconiquement commenté jeudi l'administration Plante.

Les deux organismes ne digèrent pas la décision de la mairesse. Pour eux, débrancher la course est un bris de contrat longuement négocié avec l'administration Coderre.

Dans le document de cour, les poursuivants indiquent qu'il était très clair que la Ville s'engageait à construire une piste de course au centre-ville de Montréal afin d'accueillir les bolides électriques en 2017, mais aussi en 2018 et 2019.

Or, la vente de billets de la première édition s'est avérée décevante, alors que sur les 45 000 personnes à avoir assisté à la course, seulement le tiers environ avait réellement acheté leur billet.

Débranchement

À son arrivée à la tête de la Ville, Valérie Plante a remis en cause la tenue de l'événement.

Lors d'une rencontre avec la mairesse, la FEO aurait affirmé être ouverte à changer le lieu de la course, tandis que la mairesse se serait engagée à fournir une proposition financière.

« Elle ne l'a jamais fait », déplorent la FEO et MCE, qui est depuis en processus de faillite.

Valérie Plante a finalement mis une croix sur l'événement en décembre, quelques minutes après avoir prévenu la FEO par téléphone, peut-on lire dans la poursuite civile.

« La Ville ne peut pas simplement s'échapper de ses obligations et annuler l'ePrix sans conséquence et dire qu'elle n'est pas liée par la structure [MCE] qu'elle a créée, imposée et contrôlée sur une période de plusieurs années », indique le document de cour.

Les avocats de MCE et la FEO affirment dans la poursuite qu'en décembre dernier, la mairesse avait admis qu'elle ignorait les conséquences financières de la fin de la Formule E à Montréal.

À moins d'un règlement à l'amiable, la poursuite sera présentée à un juge dans les prochaines semaines, au palais de justice de Montréal.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos