Sarah Daoust-Braun
24h

SPVM: Valérie Plante accepte la recommandation de destituer Philippe Pichet

SPVM: Valérie Plante accepte la recommandation de destituer Philippe Pichet

Zacharie Goudreault / Agence QMI

Sarah Daoust-Braun

La mairesse de Montréal Valérie Plante a confirmé mercredi la recommandation de destitution du directeur du SPVM Philippe Pichet, votée à huis clos par la Commission de la sécurité publique.

La mairesse de Montréal Valérie Plante a confirmé mercredi la recommandation de destitution du directeur du SPVM Philippe Pichet, votée à huis clos par la Commission de la sécurité publique.

« En date aujourd'hui, le comité exécutif a accepté la recommandation de la Commission de destituer M. Pichet de son titre », a indiqué mercredi la mairesse, précisant qu'il y a avait eu une unanimité chez les membres de la commission de faire cette recommandation.

Cette dernière n'a pas voulu préciser les raisons qui ont motivé cette décision, puisqu'il s'agit d'un processus confidentiel qui touche les ressources humaines.

Elle a convenu que cette situation n'est pas souhaitable. «Au final, la responsabilité de la Ville et des autorités, c'est-à-dire de la mairesse et du conseil de ville et d'agglomération, est de s'assure que le lien de confiance est toujours là, du moins on devait le rétablir. M. Pichet n'a pas réussi à convaincre la Commission de la sécurité publique qu'il avait réussi à le faire dans le cadre de son mandat. »

Le directeur intérimaire du SPVM Martin Prud'homme a déposé la semaine dernière un rapport préliminaire à la lumière duquel le ministère de la Sécurité publique pourrait recommander la destitution de Philippe Pichet. Pour le relever de ce titre, le ministre doit toutefois prendre l'avis du conseil municipal et de la Commission de la sécurité publique, selon la Charte de la Ville de Montréal.

Un avis devrait aussi être formulé au conseil municipal de lundi et au conseil d'agglomération de jeudi prochain.

Philippe Pichet, suspendu en décembre en marge du rapport Bouchard qui critique les pratiques internes au sein du SPVM, a fait valoir sa cause lundi devant les membres de la commission.

L'avocat de M. Pichet, Joël Mercier, avait indiqué à la sortie de la rencontre que s'il y avait une décision de destitution, il y aurait un appel de cette décision.

Si le ministre décide de le destituer, M. Pichet resterait superviseur des agents de sécurité de Montréal selon Valérie Plante. « On ne parle pas de congédiement. Ce n'est pas le mandat qui nous a été donné », a-t-elle soutenu.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos