Zacharie Goudreault
Agence QMI

Rapport annuel de la STM: les clients moins satisfaits

Rapport annuel de la STM: les clients moins satisfaits

Photo Archives / Agence QMI

Zacharie Goudreault

La satisfaction des clients de la Société de transport de Montréal (STM) a diminué l'an dernier en raison de la multiplication des chantiers routiers et de l'intégration difficile des trains Azur dans le métro, lesquels ont miné la ponctualité du service.

Les nombreux chantiers routiers, dont ceux de l'échangeur Turcot et du nouveau pont Champlain, ont nui à la ponctualité des autobus l'an dernier, qui a diminué de 1,3 % par rapport à 2016 pour atteindre un taux de 80 %.

«Nos autobus ne volent pas, ils sont pris dans la congestion routière comme tous les véhicules», a réagi jeudi le directeur général de la STM, Luc Tremblay, en réaction aux résultats du dernier rapport annuel de l'entreprise.

Alors que le taux des autobus immobilisés pour entretien a augmenté de près de 2 % l'an dernier, M. Tremblay n'a pas voulu associer cette situation au manque d'employés d'entretien, soulignant plutôt que la flotte est vieillissante.

Plus tôt cette semaine, le président du syndicat représentant les employés d'entretien de la STM, Gleason Frenette, avait affirmé que le manque d'employés d'entretien avait contribué à une augmentation des bris d'autobus.

Interruptions de service

Malgré une augmentation de la fréquence du métro l'an dernier, la satisfaction globale de la clientèle a diminué de 2 % par rapport à 2016 pour atteindre 86 %.

Une situation en partie attribuable au nombre record de 1171 arrêts de service de plus de cinq minutes qui ont eu lieu dans le métro l'an dernier.

«C'est dommage de devoir toujours ramener ça sur notre clientèle, mais c'est une réalité», a indiqué M. Tremblay en référence aux nombreux arrêts de service causés entre autres par des portes bloquées ou des objets tombés sur les voies.

L'achalandage dans le métro a d'ailleurs été 4 % plus élevé l'an dernier, permettant à la STM de franchir le cap des 10 milliards d'entrées cette semaine.

Trains Azur

Par ailleurs, quatre trains Azur de plus que ce qu'avait planifié l'entreprise ont été mis en service l'an dernier afin de combler le retard de livraison de deux ans du premier train par le consortium Bombardier-Alstom, en février 2016.

«Même si on était prêts, il reste qu'introduire un nouveau matériel roulant, ça bouscule les façons de faire», a souligné Luc Tremblay.

Le 14 janvier 2017, des problèmes avec les frotteurs d'un train Azur ayant endommagé les voies avaient paralysé la ligne orange pendant une dizaine d'heures.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos