Améli Pineda
Agence QMI

Plan d'action au SPVM: 10 ans pour faire le ménage

Améli Pineda

Dernière mise à jour: 31-03-2017 | 09h54

MONTRÉAL - Faire le ménage et changer la culture au SPVM prendra au minimum de cinq à dix ans, dit le directeur Philippe Pichet dans son plan d'action rendu public vendredi matin.

Le directeur Pichet propose au total 38 actions pour «revirer le paquebot du bon bord».

Il veut notamment développer des mesures pour que dorénavant les gestionnaires soient informés des cas de parjure par leur personnel et mettre au point des moyens de détecter et dénoncer les situations de fabrication de preuve.

M. Pichet veut aussi mettre en place une procédure pour que l'interception des communications d'un journaliste, d'un avocat, d'un élu ou d'un notaire fasse l'objet d'un rapport immédiat.

«Le SPVM mise sur la pérennité des actions qui auront une réelle incidence sur le changement de culture souhaité», souligne le directeur Pichet.

Le changement de culture, qui de son propre aveu cause des «frustrations» au sein de la police pourrait prendre jusqu'à dix ans à s'opérer confie M. Pichet.

«Il est notoire que pour rentabiliser le changement de culture, quelque cinq à dix ans sont minimalement nécessaires.»

Le plan d'action de quatre pages a été commandé en février dernier par le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, dans la foulée de la saga entourant la fabrication de preuves à l'intérieur du corps policier. La section des Affaires internes du SPVM avait été particulièrement visée.

Le gouvernement du Québec a aussi déclenché une enquête administrative sur la police de Montréal, à la suite des révélations de notre Bureau d'enquête et de l'émission J.E. sur des allégations de fabrication de preuves au SPVM.

Voici les recommandations principales du rapport:

- Mettre en place des mesures afin que les gestionnaires soient informés des cas de parjure par leur personnel et faire le suivi qui s'impose;

- Développer des moyens de détecter et dénoncer des situations de fabrication de la preuve par une gestion proactive et performante;

- Mettre en place une procédure afin que l'interception des communications d'un avocat, notaire, juge, élu ou journaliste fasse l'objet d'un rapport immédiat au directeur du SPVM;

- Réviser le code de discipline «qui ne tient plus compte de la réalité d'aujourd'hui;

- Limiter le mandat des enquêteurs de la Division des affaires interne à deux ans.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos