Caroline Lévesque
Agence QMI

Montréal: le conseiller du Mile End sort du placard

Montréal: le conseiller du Mile End sort du placard

Le conseiller d'arrondissement du district du Mile End, Richard Ryan. Photo Archives / Agence QMI

Caroline Lévesque

MONTRÉAL - Inspiré par la vigile de jeudi dernier en mémoire aux victimes d'Orlando, le conseiller d'arrondissement du district du Mile End dans le Plateau-Mont-Royal a décidé de sortir du placard.

Vendredi, au lendemain de la veillée aux chandelles organisée dans le Village gai, Richard Ryan a publié un long texte sur Facebook dans lequel il se dit bisexuel, espérant briser les tabous, après une vie dans la norme hétérosexuelle.

«L'émotion du moment, la fébrilité de vivre le fait que toutes les jeunes victimes soient nommées, surtout celles issues de communautés culturelles dans lesquelles l'acceptation peut être difficile, je me suis dit que oui, je pouvais le faire», a expliqué Richard Ryan, de Projet Montréal.

C'est à la fin de sa quarantaine, l'an dernier, que M. Ryan s'est permis de vivre pleinement cet aspect de sa sexualité. Le fait de sortir dans le Village et de se faire reconnaitre comme élu a participé à sa réflexion d'en parler ouvertement.

«Je n'avais pas envie de ne pas vivre ce que je voulais au niveau de mon orientation. Donc, ça a fait partie de mon cheminement. Pour pouvoir s'assumer, il faut s'accepter.»

Bien qu'il déteste les catégorisations, il témoigne se sentir bisexuel, en cette période de sa vie, et s'identifie socialement à la mouvance «queer», qui refuse les étiquettes liées à l'orientation sexuelle.

La diversité en politique

Son message lui a rapidement valu une vague de sympathies sur les réseaux sociaux.
L'élu a indiqué au «24 Heures» avoir pris conscience de l'importance de faire cette déclaration pour mettre de l'avant la diversité.

Il estime que les femmes, la communauté LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et trans), les personnes racisées ou vivant avec un handicap, doivent davantage être représentées en politique, tout comme dans les médias, afin que «les membres qui forment la société se reconnaissent».

Pas porte-parole

Néanmoins, le conseiller ne veut pas devenir un porte-étendard de la communauté LGBT au sein du conseil municipal. Il veut avant tout s'accepter comme il est et montrer l'exemple à sa fille de 15 ans.

«D'autres, dont j'ai beaucoup de respect, le font et continueront de le faire beaucoup mieux que moi. Je trouve important de contribuer à mon niveau à l'avancement de cette cause et de mettre une pierre de plus dans la construction d'un meilleur monde, plus ouvert, plus respectueux et plus humain.»

À ceux qui diraient que cette déclaration pourrait être une forme de récupération politique d'évènements, Richard Ryan ne semble pas s'en faire avec cet aspect.

«Je me fous un peu de ce genre de réactions. Je vais plutôt rester accroché aux 95 % de bons témoignages que j'ai eus.»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos