Améli Pineda
Agence QMI

Denis Coderre accusé d'agir en tyran

Denis Coderre accusé d'agir en tyran

Le maire de Montréal, Denis Coderre. Photo Sébastien St-Jean / Agence QMI

Améli Pineda

MONTRÉAL - Des élus montréalais accusent le maire de Montréal, Denis Coderre, d'agir en tyran en tentant de prendre le contrôle des arrondissements sans les avoir consultés, alors qu'il prépare les négociations avec Québec pour obtenir le statut de métropole.

Le chef de l'opposition officielle, Luc Ferrandez, n'a pas mâché ses mots qualifiant de «powertrip» l'attitude du maire Coderre.

«Ce que nous démontre le maire, c'est que toute organisation qui s'oppose à lui, il demande de la reprendre», a déploré M. Ferrandez.

Vendredi, La Presse révélait que le maire Coderre a demandé à Québec, qui prépare le projet de Loi sur le statut de métropole, de reprendre des pouvoirs aux arrondissements.

Cette requête pourrait avoir des répercussions sur les projets de quartier comme les rénovations de parcs, les nouvelles constructions et même la gestion des collectes de déchets.

Projet Montréal, qui dit avoir consulté la version proposée par Montréal, soutient que le maire demande également le rapatriement de la Cour municipale ainsi que de certaines responsabilités de la Régie des alcools.

«Cet homme à toutes les allures d'un tyran», a dit François W. Croteau, maire de l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, qui dit craindre les dérives du contrôle que pourrait octroyer Québec au maire Coderre

Consultation exigée

Le chef de Coalition Montréal, Benoît Dorais, a également dénoncé le comportement du maire. Il lui reproche de négocier derrière des portes closes.

«La façon dont l'administration du maire Coderre s'y prend n'est pas la bonne. Retirer tout pouvoir d'agir aux conseils d'arrondissement, c'est empêcher les élus les plus proches des citoyens de mettre en place des structures, des projets et es programmes adaptés à la réalité locale», a fait valoir M. Dorais.

La semaine prochaine, Projet Montréal demandera à Québec de «venir à la rescousse» des Montréalais avec un livre blanc.

«On veut que la préparation de ce statut soit un exercice collectif encadré par Québec», a indiqué M. Ferrandez.

M. Dorais souhaite que le maire explique chacune de ses demandes lors de la prochaine séance du conseil, le 25 janvier.

Coderre discret

L'administration du maire n'a pas souhaité commenter les demandes qui ont coulé vendredi. Dans une déclaration écrite, M. Coderre a dit ne pas vouloir négocier en public.

«Quand le projet de loi sera déposé, l'Assemblée nationale pourra, en commission parlementaire, entendre tous les intervenants qui souhaiteront s'exprimer sur la proposition qui sera faite», a-t-il indiqué.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos