Union Montréal menace de ne pas se joindre au comité exécutif

Dernière mise à jour: 20-11-2012 | 14h48

MONTRÉAL - Le candidat défait à la mairie de Montréal, Richard Deschamps, met de la pression sur Michael Applebaum à deux jours de la formation du comité exécutif. Il a annoncé que son parti, Union Montréal, se retirerait du comité exécutif si ses demandes ne sont pas comblées.

«Nous ne pouvons participer à un simulacre de coalition», a indiqué mardi M. Deschamps dans un point de presse donné à l’Hôtel de Ville.

Ce dernier souhaite que sont parti obtienne cinq des 11 sièges du comité exécutif, incluant la présidence.

Selon M. Deschamps, ces demandes visent à respecter la représentation de son parti au conseil municipal, soit 23 sièges sur 64. De plus, il a indiqué qu’elles s’appuyaient sur le résultat du pourcentage de votes valides pour Union Montréal aux élections municipales de 2009 à la mairie, soit 37,9 %.

Or, le nouveau maire, qui a été assermenté lundi, a indiqué dans son discours qu'il réservait le poste de président du comité exécutif à un élu indépendant. De plus, lors d’une rencontre privée tenue lundi soir entre M. Applebaum, M. Deschamps et Claude Trudel, leader d’Union Montréal, il aurait été annoncé que le parti de l’ancien maire Gérald Tremblay n’obtiendrait qu’un ou eux sièges au comité exécutif.

«Cette offre est inacceptable [...] et inéquitable», a déploré M. Deschamps. Il a rappelé que M. Applebaum se définit comme un maire indépendant représentant «tous les Montréalais sans partisanerie» et lui a reproché de manquer à son «engagement de représenter toute la population», en refusant les sièges demandés par Union Montréal.

Selon Richard Deschamps, le nouveau maire les aurait reçus de manière «cassante» et leur aurait offert une fin de non-recevoir.

En entrevue à TVA nouvelles, M. Applebaum a réagi aux propos de M. Deschamps en disant qu'il ne céderait pas à la «menace» et «qu'il y aura de la place au comité exécutif pour les gens d’Union Montréal». Il a toutefois refusé de dire combien de sièges exactement il réservait à son ancien parti.

«J'aimerais accueillir les gens de toutes les formations politiques pour travailler ensemble dans le meilleur intérêt des contribuables et de Montréal», a dit M. Applebaum, ajoutant qu'il attendait toujours de la part du parti Union Montréal les propositions de noms de personnes qui pourraient siéger au comité exécutif, afin d’en terminer la composition.

Selon des informations obtenues par TVA Nouvelles, Laurent Blanchard, de Vision Montréal, occupera le poste de président du comité exécutif de coalition et deviendra, du coup, le bras droit de M. Applebaum.

M. Blanchard devra toutefois siéger en tant qu’indépendant pour remplir les fonctions de président du comité, tel que l’exige M. Applebaum, qui siège lui-même en tant qu’indépendant depuis peu.

Des sources ont également indiqué à TVA Nouvelles que trois autres membres de Vision Montréal siégeront aussi au comité exécutif. Il s’agirait de trois des quatre personnes suivantes : Réal Ménard, maire de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Benoît Dorais, maire de l'arrondissement du Sud-Ouest, Véronique Fournier et Élaine Ayotte, toutes deux conseillères municipales.

Émilie Thuillier et Josée Duplessis de Projet Montréal (deuxième opposition) devraient également être nommées membres du comité exécutif cette semaine.


Vidéos

Photos