André Lavallée «ne savait rien»

Rapport

M. Lavallée a affirmé ne rien savoir, ni sur ces dépassements de coûts ni sur la compagnie. Photo Archives / Agence QMI

MONTRÉAL - André Lavallée, l'ancien bras droit de Gérald Tremblay et maintenant proche collaborateur du ministre Jean-François Lisée, se retrouve dans l'eau chaude après les révélations de l'ancien directeur général de la Ville de Montréal, Robert Abdallah.

M. Lavallée, ancien maire de Rosemont-La Petite Patrie, vice-président du comité exécutif et chef de cabinet de Ville-Marie, a participé à plusieurs réunions du comité exécutif entre 2005 et 2009. Des réunions où l'on évoque le nom de la compagnie Macogep, qui a identifié des dépassements de coûts importants pour des contrats d'infrastructures.

Aussi sur Canoe.ca
Aussi sur Canoe.ca:
Le comité exécutif se défend

En entrevue avec un journaliste de TVA Nouvelles lundi, M. Lavallée a affirmé ne rien savoir, ni sur ces dépassements de coûts ni sur la compagnie.

«C'est une compagnie qui existe avec qui je n'ai eu aucun rapport particulier», a-t-il dit.
Le secrétaire général associé à la région métropolitaine a toutefois convenu que les révélations sont troublantes.

«Ce qu'on apprend tous les jours est assez consternant. J'ai un devoir de réserve, je ne commenterai pas maintenant», a-t-il ajouté.

La Coalition avenir Québec exige que M. Lavallée s'explique.

«Je pense que M. Lavallée peut difficilement dire qu'il n'était pas au courant du rapport de Macogep parce que ce rapport a été soumis au comité exécutif de Montréal et M. Lavallée en était membre. C'est notre responsabilité de savoir ce qui se passe. Surtout quand on a des gens qui nous disent qu'il y a des choses inquiétantes qui se passent, ça commence à être de l'aveuglement volontaire», a affirmé Éirc Caire, député de la CAQ.

L'opposition réclame aussi des explications de la part de Jean-François Lisée, ministre responsable de la Métropole.

«Je pense que monsieur Lisée doit faire la démonstration qu'il est encore légitime pour lui de maintenir monsieur Lavallée en poste», a dit M. Caire.

Même son de cloche chez les libéraux.

«Il y a une proximité entre monsieur Lisée et ce monsieur-là, et c'est une proximité qui, si les allégations sont fondées, nous inquiète», a dit Robert Dutil, leader parlementaire du PLQ.

Au bureau du ministre, on répète que l'on a pleine confiance en André Lavallée.

«Ma confiance en l'intégrité de M. Lavallée est totale», avait dit le ministre mardi dernier.
M. Lavallé devra se rendre disponible pour la commission Charbonneau


Vidéos

Photos