Christine Bouthillier
Journal de Montréal

Mgr Turcotte attend son successeur

Clergé - Mgr Turcotte attend son successeur

Mgr Jean-Claude Turcotte est maintenant âgé de 75 ans.© Photo Archives


Christine Bouthillier

Le cardinal Jean-Claude Turcotte pourrait rester en poste durant des années avant que le Vatican ne lui nomme un successeur, bien qu'il ait dû démissionner de son poste d'archevêque en juin, après avoir fêté ses 75 ans.

Il s'est déjà écoulé six mois depuis que Mgr Turcotte a officiellement remis sa démission. Renouvelé en 1983, le Code du droit canonique prévoit que les évêques, archevêques et curés doivent démissionner lorsqu'ils soufflent leurs 75 bougies. À l'instar d'une dizaine d'autres évêques québécois, Mgr Jean-Claude Turcotte a atteint cet âge vénérable cet été. Bien qu'en bonne forme physique, il a donc remis sa démission au pape Benoît XVI.

«Le Saint-Père n'a pas encore donné de réponse, donc tant que la démission n'est pas acceptée, Mgr Turcotte continue son ministère», explique Michel Parent, chancelier du diocèse de Montréal.

Des délais parfois longs

Selon M. Parent, le délai se prolonge probablement parce que le pape n'a pas encore décidé qui remplacera Mgr Turcotte.

Cela peut prendre des mois, voire quelques années, avant que Benoît XVI n'accepte la démission de l'archevêque.

À midi, heure de Rome

La tradition veut que la nouvelle de l'acceptation de la démission tombe publiquement sous le coup de midi, heure de Rome (6h du matin à Montréal).

Une fois la démission acceptée, différents scénarios sont possibles. Le pape peut nommer tout de suite le successeur de Mgr Turcotte.

Il peut aussi indiquer qui administrera temporairement l'archevêché en attendant une nomination officielle.

«Si le Saint-Père accepte la démission et n'ajoute rien, poursuit M. Parent, le Collège des consulteurs, un groupe de 6 à 12 personnes qui conseille les évêques, élira un administrateur diocésain temporaire.»

Qui lui succédera?

Seul le pape décide du successeur d'un archevêque. Les candidats potentiels ne peuvent eux-mêmes poser leur candidature. Ceux qui sont approchés peuvent refuser le poste.

Là encore, cela peut prendre plus d'un mois avant que l'identité du nouvel archevêque de Montréal ne soit révélée.

Le nom de Mgr Anthony Mancini, archevêque d'Halifax, a notamment circulé parmi ceux qui sont susceptibles de prendre les rênes du diocèse.

Pas la fin

S'il est obligé de démissionner de son poste d'archevêque, Jean-Claude Turcotte conserve son titre de cardinal. Il pourra également offrir ses services à son successeur à Montréal.

Le nouveau venu sera intronisé lors d'une célébration liturgique, où il sera présenté à ses fidèles. La tradition veut qu'il fasse alors la tournée des différentes paroisses du diocèse.

Mgr Turcotte n'a pas donné d'entrevue depuis sa démission parce qu'il ne veut pas s'ingérer dans le processus de sélection de son successeur, selon Lucie Martineau, directrice des communications du diocèse de Montréal.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos