Alain Laforest
Agence QMI

Trois villes menacent de quitter l'agglomération de Longueuil

Trois villes menacent de quitter l'agglomération de Longueuil

Caroline St-Hilaire. Photo Archives / Agence QMI

Alain Laforest

Dernière mise à jour: 05-10-2016 | 23h04

QUÉBEC - Les maires de Brossard, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint-Lambert menacent de quitter l'agglomération de Longueuil.

Les trois maires affirment être traités uniquement comme des payeurs sans avoir de réel pouvoir.

«Actuellement, on est des citoyens de deuxième ordre, on est des payeurs et on n'a rien à dire», a expliqué Martin Murray, maire de Saint-Bruno-de-Montarville.

Les maires, qui sont allés à l'Assemblée nationale pour dénoncer cette situation au ministre des Affaires municipales Martin Coiteux, soutiennent qu'ils doivent payer le double pour des services offerts dans des villes comparables.

Paul Leduc, maire de Brossard, estime d'ailleurs que leurs villes n'auraient jamais dû être fusionnées à Longueuil.

«Lorsqu'il y a eu des défusions, elles n'ont pas été faites comme elles auraient dû, a mentionné M. Leduc. On est pris avec ça. On veut se défaire de l'agglomération de Longueuil, ou on l'améliore ou on la démantèle.»

Ils demandent une intervention rapide du ministre Coiteux pour dénouer cette impasse, ils demanderont sinon à leurs citoyens s'ils veulent défusionner.

Réagissant mercredi, Martin Coiteux a fait savoir qu'il n'avait pas «l'intention de jouer dans le film des défusions. Ce n'est pas une priorité du gouvernement».

Réplique de Caroline St-Hilaire

De son côté, la mairesse de Longueuil a tenu à répliquer aux maires de Brossard, Saint-Bruno-de-Montarville et de Saint-Lambert.

«On tente de nous faire jouer dans le vieux film des défusions, a déclaré Mme St-Hilaire. L'étude rendue publique par le Centre sur la productivité et la prospérité lundi démontre clairement que ce sont les dépenses locales des villes reconstituées qui sont responsables de l'augmentation des coûts, pas celles de l'agglomération.»

Selon la mairesse St-Hilaire, «avant de vouloir lancer un énième débat de structure, il faudrait que chacun regarde dans sa cour. Pendant que certains maires veulent refaire leurs batailles perdues à un an de leur élection, je préfère regarder en avant».



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos