Anarchopanda a commandé une nouvelle tête

Manifestation

La tête du panda est considérée comme une pièce à conviction et pourra être utilisée en cour. Photo Joël Lemay / Agence QMI


Ewan Sauves

Admirateurs de la célèbre mascotte Anarchopanda, soyez rassurés : l'homme derrière le costume a déjà commandé une autre tête et compte manifester vêtu de son habituel costume de panda lors du prochain rassemblement.

Vendredi soir, lors d'une manifestation contre le règlement municipal P-6, qui interdit le port du masque, Anarchopanda a vu sa tête confisquée par les policiers, en vertu dudit règlement. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a indiqué qu'elle est considérée comme une pièce à conviction et qu'elle pourra être utilisée en cour.

Aussi sur Canoe.ca

«Je suis en consultation avec mes avocats pour essayer de déterminer quels sont leurs droits par rapport à ça. Une pièce à conviction pour un procès? Quel procès? a indiqué l'homme derrière l'animal, Julien Villeneuve, en entretien avec le 24 h. Quand on vous donne une contravention parce que vous brûlez un feu rouge, on ne confisque pas votre voiture comme pièce à conviction d'habitude.»

«Elle est disparue avec ma tête»

Le professeur de philosophie au Collège de Maisonneuve, habitué des manifestations depuis le printemps dernier, garde un souvenir amer de son altercation avec les forces policières, vendredi.

«En m'agrippant par mon sac et me tirant par en arrière, une agente m'a demandé d'enlever ma tête pour m'identifier. Elle m'a offert de tenir la tête, comme des agents dans le passé m'ont offert de tenir mon sac pendant que je cherchais mes pièces d'identité, s'est-il remémoré. Je lui ai remise en pensant qu'elle voulait m'aider, mais elle est disparue avec ma tête.»

En plus de saisir sa tête de panda, le SPVM lui a remis une contravention de 637 $. Anarchopanda ne compte pas baisser les bras pour autant. Un autre costume de panda a été acheté sur Ebay et la célèbre mascotte compte manifester avec une nouvelle tête «dans les prochains jours».

«Je n'ai aucune intention de me conformer à ce règlement. Quand je considère que quelque chose est illégal, je n'obéis pas», a-t-il prévenu.

«Si les policiers se sentent provoqués par un panda qui fait des câlins, je leur demande d'aller consulter, a lancé Anarchopanda. C'est eux qui ont une arme et une veste pare-balles.»

Le SPVM n'a pas été en mesure de répondre à nos questions, dimanche.


Vidéos

Photos