Michael Applebaum élu maire intérimaire


Étienne Laberge

Dernière mise à jour: 16-11-2012 | 13h22

MONTRÉAL - Les 63 élus de Montréal ont choisi Michael Applebaum comme maire intérimaire de la métropole durant un an à l'issue d'un vote secret et d'une semaine mouvementée à l'hôtel de ville.

Montréal a maintenant un maire anglophone aux commandes, une première en 100 ans d'histoire. Son statut d'élu indépendant n'a pas non plus son pareil dans les annales de la ville.

Aussi sur Canoe.ca

Après un vote serré, le vainqueur a remporté 31 voix contre 29 pour son adversaire, Richard Deschamps, candidat du parti Union Montréal. Trois votes ont été annulés sur les 63 bulletins distribués aux conseillers qui ont pris part au vote secret.

«J'accepte le résultat avec humilité», a lancé M. Applebaum, quelques minutes après le verdict favorable. Le nouveau maire sera assermenté lundi.
Discours rassembleur
Dans son discours de victoire, Michael Applebaum s'est voulu rassembleur.

«La ville et les citoyens méritent des changements importants, a-t-il dit. On va tous travailler ensemble». Il a ensuite salué les efforts de son adversaire.

«Je reconnais le travail fait par Richard Deschamps. Il a lancé différentes idées et je le félicite sa campagne», a déclaré le gagnant.

Le repos sera de courte durée pour le nouveau maire intérimaire. Il compte plancher dès cette fin de semaine pour former son nouveau comité exécutif, le groupe d'élus à l'origine des grandes décisions qui concernent la métropole.

Deschamps pourrait partir

Après avoir subi une dizaine de défections dans ses rangs plus tôt cette semaine, Richard Deschamps n'a pas voulu dire s'il demeurera au sein de son parti dans les prochains mois.

«Je terminerai mon mandat en tant qu'élu de l'arrondissement LaSalle, c'est ce que j'ai à vous répondre», a-t-il rétorqué aux journalistes qui lui demandaient s'il restera fidèle à son parti.
Croit-il que d'autres quitteront Union Montréal ? «Des gens m'ont mentionné qu'ils y réfléchissaient», a-t-il révélé. Il n'est donc pas impossible que le parti se fissure davantage.
Fidèle à lui-même, M. Deschamps est resté prudent quand est venu le temps de commenter les résultats du scrutin.

«Ce qu'on constate, c'est un résultat mathématique où on voit qu'il y a un choix, a-t-il observé. Je prends note. Je prends acte. On évaluera la situation dans les prochains jours.»
Il a tout de même rappelé que le contact avec les citoyens et le développement de la ville a toujours été sa motivation principale.

Applebaum invite Deschamps

M. Applebaum a déclaré à TVA Nouvelles qu'il avait l'intention d'inviter son rival, Richard Deschamps, à faire partie du comité exécutif.

«J'aimerais qu'il fasse partie de cette équipe, maintenant il faut bâtir les ponts et tout le monde doit travailler dans le meilleur intérêt de la population. J'offre un poste à Richard Deschamps au comité exécutif dès maintenant», a affirmé M. Applebaum sans hésitation.
Les partis d'opposition, comme promis par le nouveau maire, occuperont quelques sièges. Projet Montréal s'attend à en avoir deux. De son côté, Louise Harel a préféré attendre avant de se prononcer.

L'opposition prête

Le chef de la deuxième opposition, Richard Bergeron, a félicité M. Applebaum à sa manière.
«Il a toute mon admiration d'accepter cet énorme fardeau», s'est-il permis, en faisant référence à la lourde tâche qui attend le maire. Sur les réseaux sociaux, il a immédiatement fait savoir qu'il collaborerait avec le vainqueur.

Louise Harel était ravie à l'idée de faire partie des grandes décisions en permettant à son parti d'accéder au comité exécutif.

«Nous sommes contents de l'ouverture que le résultat de ce vote permet, croit-elle. Une ouverture à une coalition, à un comité exécutif qui représentera mieux les Montréalais et à la fin de la culture du secret.»

M. Applebaum a confirmé à TVA Nouvelles qu'il ne tentera pas de ravir le poste de maire en novembre 2013.

«Je vais être un maire indépendant, je ne me présenterai pas à la mairie. Je pense qu'il faut être au-dessus de la politique. Mais dans ces temps-ci, il faut qu'on pense à nos citoyens et citoyennes. Il faut rétablir la confiance et il faut que la Ville fonctionne comme il le faut.»

Une première en 100 ans

Michael Applebaum devient le premier maire anglophone de la métropole du Québec depuis 1910. Au sein de son ancienne famille politique, cela aurait suscité un certain malaise au sein du caucus.

Le choix de Richard Deschamps comme candidat d'Union Montréal ne serait pas indifférent au fait que M. Applebaum s'exprime en français avec un fort accent. Questionné sur sa maîtrise de la langue de Molière, le principal intéressé répond par une boutade: «Demandez aux femmes, à vos auditrices, ce qu'elles en pensent! Elles me disent que c'est charmant».

L'élection du dernier maire anglophone de la métropole remonte à 1910. James John Edmund Guerin avait occupé la fonction de premier magistrat de la Ville pendant deux ans. À la fin du 19e siècle, une tradition d'alternance entre maires francophones et anglophones avait été mise en place. C'est en 1914 que le populiste maire Médéric Martin met fin à cette pratique.

À l'instar de James Guerin, Michael Applebaum s'installe à l'hôtel de ville au moment où les allégations de collusion et de corruption se succèdent et plombent la confiance citoyenne.

Les conclusions de l'enquête Cannon, menée en 1909, ne sont pas sans rappeler les allégations de collusion et de corruption qui planent aujourd'hui sur la Ville: l'administration était gangrénée par la corruption, le patronage et le favoritisme.

Michael Applebaum s'est présenté aux élections municipales pour la première fois en 1994 et a remporté un siège de conseiller, suivi d'un second mandat en 1999. Élu maire de l'arrondissement

Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce en 2001, Michael Applebaum a été nommé président du comité exécutif de l'Hôtel de Ville en avril 2011. Il a quitté Union Montréal en novembre 2012 et s'est porté candidat au poste de maire intérimaire comme indépendant.

Issu du monde des affaires, M. Applebaum a exercé la profession de courtier immobilier jusqu'en 2009.



Vidéos

Photos