Le maire Gilles Vaillancourt démissionne

Dernière mise à jour: 09-11-2012 | 18h49

LAVAL - Visé depuis quelques semaines par plusieurs allégations de corruption et de collusion, le maire de Laval, Gilles Vaillancourt, a annoncé sa démission, vendredi, à l'hôtel de ville de Laval.

«Je m'adresse à vous pour la dernière fois comme maire de Laval», a dit celui qui a régné durant 23 ans sur la Ville de Laval.

Aussi sur Canoe.ca

Il a souligné avoir tenu à annoncer lui-même la nouvelle en conférence de presse, malgré l'avis de ses médecins.

Disant s'adresser aux Lavallois et Lavalloises, à ceux qui lui ont apporté leur soutien et aux citoyens qu'il a représentés, M. Vaillancourt a affirmé avoir «toujours agi dans l'intérêt des Lavallois et Lavalloises, en pensant d'abord et avant tout à leur mieux-être et celui de leurs familles».

«Le mal est fait»

Le maire démissionnaire n'a pas commenté ni répliqué aux allégations de corruption et de collusion pesant contre lui, constatant seulement l'existence de ce phénomène.

«Comme société, nous vivons actuellement des moments très difficiles des moments pénibles alors que tous les élus quels qu'ils soient, sont accusés de tous les maux», a-t-il indiqué.

Notant que ces allégations, sans être prouvées, «altèrent de façon irrémédiable la réputation de ceux en qui vous aviez placé votre confiance», M. Vaillancourt a souligné qu'il est une de ces personnes et qu'il est «profondément blessé».

«Malgré tout ce que je pourrais dire ou faire, force m'est de constater que le mal est fait», a-t-il laissé tomber.

Le maire trace un bilan

Il s'est ensuite employé à tracer l'évolution de Laval, ainsi que sa participation au développement de cette ville depuis son entrée en politique municipale.

«Laval n'est plus la banlieue-dortoir, mais la troisième ville en importance au Québec [...] et qui bénéficie d'une excellente santé financière», a-t-il fait valoir, avant d'énumérer ce qu'il estime être ses réussites : «excellente santé financière», «institutions éducatives et culturelles de haut niveau», «réseau routier et système de transport en commun efficaces» et enfin, «milieux industriel, commercial et de services diversifiés».

«Je laisse maintenant aux autres la tâche de poursuivre ce formidable projet de société. Pour ma part, je tiens à réitérer que je suis né à Laval, que j'y ai vécu toute ma vie, que je l'ai toujours aimée et que je n'avais qu'une seule passion, celle de réussir Laval», a ajouté M. Vaillancourt, visiblement ému, après avoir tracé un bilan de ses réalisations.

Des menaces?

Gilles Vaillancourt a conclu sa déclaration sans période de questions, avant de quitter l'hôtel de ville sous haute escorte policière. Dès l'aube, vendredi, sa résidence était d'ailleurs sous la surveillance d'une voiture de la police lavalloise.

Après le point de presse du maire, le département de police de Laval a justifié ces mesures exceptionnelles - 12 policiers et des membres du groupe d'intervention - en précisant qu'elles avaient été prises à la suite d'une information reçue d'un autre service de police qui indiquait que «l'intégrité physique du maire Vaillancourt pouvait être en cause».

Dans un communiqué émis en après-midi, la Ville de Laval a indiqué que Basile Angelopoulos, vice-président du comité exécutif, agira comme maire suppléant d'ici à l'élection d'un nouveau maire par les membres du conseil municipal, tel que le prévoit la Loi sur les cités et villes. Cette élection aura lieu dans les prochaines semaines au cours d'une assemblée dont la date est à déterminer.

L'action n'a pas manqué à Laval en octobre

M. Vaillancourt avait quitté temporairement ses fonctions le 24 octobre, invoquant des raisons de santé, après que des enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) et de la Sûreté du Québec (SQ) eurent perquisitionné l'hôtel de ville et deux de ses propriétés le mois dernier.

Vague de perquisitions

Cette annonce est survenue après une vague de perquisitions de l'UPAC à Laval au cours des dernières semaines.

Le 4 octobre dernier, les agents avaient d'abord perquisitionné le domicile du maire et ses bureaux à l'hôtel de ville. Le lendemain, ils avaient mené une autre fouille dans un condo de Laval, où demeurerait également M. Vaillancourt.

Le 11 octobre, 70 enquêteurs de l'UPAC avaient perquisitionné simultanément quelques entreprises de Laval, dont Constructions Louisbourg, J Dufresne Asphalte, Construction Mergad, Nepcon et Poly Excavation. Puis, le 16 octobre, l'UPAC avait procédé à une nouvelle perquisition chez Giuliani G Inc.

Mardi dernier, les firmes d'ingénierie Groupe Dessau, Cima +, Génivar et AECOM ont été ciblées dans une opération de l'UPAC.

Depuis le début des perquisitions de l'UPAC à Laval, M. Vaillancourt s'était fait avare de commentaires.


Vidéos

Photos