Cédérick Caron
Agence QMI

S'en mettre plein la bouche pour du mousseux

Concours de fellation à Laval - S'en mettre plein la bouche pour du mousseux

Le bar Fuzzy organise fréquemment des soirées sous la thématique de la sexualité. © Courtoisie


Cédérick Caron

LAVAL – Combien vaut une bouteille de mousseux? Pour certaines clientes du bar le Fuzzy de Laval, cette boisson vaudrait le coup de participer, sur la scène centrale, à un concours de fellation.

Trois hommes debout sur la scène centrale du Fuzzy tenant un pénis en plastique à la hauteur de leur fourche et des dames qui s'en mettent plein la bouche, c'est ce qu'on retrouve sur une photo officielle du bar qui a semé l'émoi sur les différents réseaux sociaux dimanche et lundi.

Au moment de faire la vérification, la photo n'était plus sur le site internet officiel de l'établissement. Par contre, le responsable de la page Facebook du bar publiait: «Précisons qu'il s'agit d'un jouet. Sur ce, à jeudi prochain!»

Ce sont d'ailleurs les seuls commentaires qui ont été possibles d'amasser de la part de l'établissement, alors que personne n'a répondu à nos messages téléphoniques et nos courriels avant de mettre sous presse. Selon ce qui a été possible d'apprendre, ce concours aurait été organisé lors de la plus récente soirée Sex Party organisée par le Fuzzy et l'équipe de promotion TNJ, le 16 février dernier. Les participantes du concours devaient se donner à fond afin de pouvoir gagner une bouteille de vin mousseux.

«Ils ont demandé à trois filles et trois gars de monter sur scène et ce n'est qu'après qu'ils leur ont expliqué qu'il devait simuler une fellation pour gagner une bouteille de mousseux», a indiqué un membre de l'équipe du Fuzzy qui a préféré garder l'anonymat.

Enquête en cours

Interrogée au sujet de la photo qui a suscité de vives réactions, même du côté de l'organisme qu'elle représente, Me Joyce Tremblay de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) a cité l'article 24 de la Loi sur les permis d'alcool qui stipule que le titulaire du permis doit tenter d'empêcher dans son établissement «les gestes ou actes à caractère sexuel de nature à troubler la paix et la sollicitation y relative».

Elle a ajouté que la RACJ ne peut rien faire sans une preuve policière et que, pour l'instant, aucune plainte à ce sujet ne leur avait été déposée.

Le Service de police de Laval a toutefois assuré, lundi matin, qu'une enquête serait déclenchée.

Surpris, le président de la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec, Renaud Poulin, a indiqué que c'est la première fois qu'il entend parler de geste de la sorte. Il a ajouté qu'il veut s'entretenir avec le propriétaire de l'établissement avant de se prononcer plus amplement, mais a précisé tout de même que son organisme ne cautionne pas de geste de nature sexuelle.

Au moment de mettre sous presse, plus d'une centaine de commentaires relatifs à ce concours avaient été publiés sur la page Facebook du Fuzzy de Laval.

Alors que certains s'offusquent de ces gestes, d'autres semblent plutôt favorables. Des clients de l'endroit soutiennent que c'est un bar et que les clients qui s'y trouvent sont majeurs et consentants.

De son côté, la sexologue spécialiste en éducation sexuelle, Valérie Morency, a souligné que ce type de concours n'est pas nouveau et a déploré que les établissements licenciés misent fréquemment sur la sexualité pour créer un engouement.

«Il y a dans tout ça une banalisation du geste sexuel qui est habituellement intime et personnel, a-t-elle affirmé. Malheureusement, il y a parmi les participantes à ce type de concours des gens qui ont un problème d'estime personnelle et qui recherchent une fausse reconnaissance.»

Le bar Fuzzy organise fréquemment des soirées sous la thématique de la sexualité. Ce serait la première fois qu'un tel évènement suscite autant de réactions.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos