Espace Jean Lapierre Photos Vidéos Édito
Canoë TVA LCN Journal de Montréal Quebecor Media 24 heures Québec 2007
ACTUALITÉS
Développement éolien

Boisclair veut forcer la main à Hydro-Québec

Yves Chartrand
11/03/2007 07h31

SAINT-LEANDRE -- Le PQ veut doubler la production d'énergie éolienne dans la prochaine décennie. Pour y parvenir, Boisclair veut obliger Hydro-Québec à réaliser des projets sur les terres publiques.

Devant le parc éolien de la compagnie Axor, sur les hautes terres de Saint-Léandre, près de Matane, et entouré de citoyens en colère devant ce «développement anarchique», Boisclair a promis de mettre fin au Far West actuel et d'orienter l'expansion future de ce secteur sur les terres publiques du nord, où les contraintes sont moins nombreuses.

Il a indiqué son intention de forcer Hydro-Québec «à concevoir et réaliser» des projets autour des grands barrages du nord, où le potentiel éolien est énorme.

«Nous voulons qu'Hydro-Québec double ses objectifs, et que dans 10 ans, l'éolien représente 20 pour cent de la capacité de production de HQ, a indiqué le chef du PQ, précisant que la société d'État ajouterait 5000 nouveaux mégawatts aux 4000 actuels.

Rappelons que la direction d'Hydro-Québec n'a jamais manifesté un grand enthousiasme à prendre en charge la croissance de cette énergie verte. La société d'État a convaincu les dirigeants politiques de confier cette tâche à l'entreprise privée.

Et, de fait, à l'automne 2004, après avoir reculé sur le projet de centrale au gaz du Suroît d'Hydro-Québec, le gouvernement Charest s'est rabattu sur l'entreprise privée pour faire croître cette filière en lui imposant un minimum de conditions.

Cela a provoqué de lourds conflits dans le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie entre des municipalités (souvent démunies devant les promoteurs), les résidants et les entreprises. En février, juste avant le déclenchement des élections, le gouvernement Charest a finalement imposé un nouveau cadre d'implantation pour calmer la grogne dans les régions.

Hier, Boisclair a promis d'imposer des règlements au lieu de simples orientations comme les libéraux. «Nous pouvons établir des distances à respecter entre les résidences et les éoliennes, et protéger les paysages et les écosystèmes. Il faut aller beaucoup plus loin pour protéger nos villages», dit-il.

ychartrand@journalmtl.com

Les 5 dernières nouvelles

[an error occurred while processing this directive]