Agence QMI
Agence QMI

[VIDÉO] Conseillers municipaux à Toronto: la loi de Doug Ford adoptée dans le tumulte

[VIDÉO] Conseillers municipaux à Toronto: la loi de Doug Ford adoptée dans le tumulte

Photo Archives / Agence QMI

Agence QMI

TORONTO | Manifestation, expulsions, arrestations; le premier ministre Doug Ford a fait adopter mercredi sa loi visant à réduire de moitié le nombre de conseillers municipaux à Toronto, alors que l'Assemblée législative de l'Ontario était plongée dans le tumulte.

Convoqués à Queen's Park pour une session d'urgence, les députés ontariens opposés aux progressistes-conservateurs de Doug Ford ont tôt fait de montrer leur mécontentement vis-à-vis de la loi, adoptée en invoquant la clause nonobstant.

Deux manifestants, incluant une septuagénaire, ont même été menottés et escortés hors des tribunes surplombant les politiciens après avoir manifesté bruyamment, ont rapporté les médias locaux.

Au sol, plusieurs députés néodémocrates ont aussi été expulsés après s'être montrés tapageurs, notamment en frappant sur leur bureau.

Doug Ford étant à la tête d'un gouvernement majoritaire, il n'a eu aucun mal à faire adopter, à nouveau, sa loi visant à faire passer le nombre de districts électoraux de 47 à 25 à Toronto.

Le nouveau premier ministre de l'Ontario a causé la commotion, lundi, en décidant de recourir à la clause nonobstant pour forcer l'approbation de sa loi, après que la Cour supérieure de l'Ontario eut annulé sa première version. Le juge Edward Belobaba avait estimé qu'elle était «inconstitutionnelle» et qu'elle «brimait les droits à la liberté d'expression des candidats et des électeurs».

M. Ford devait agir rapidement s'il voulait que sa loi soit en vigueur pour les élections municipales du 22 octobre prochain. La date limite pour le dépôt des candidatures est vendredi. Il s'est donc résolu à recourir, pour la première fois de l'histoire de l'Ontario, à la clause nonobstant, qui permet de suspendre la Charte des droits et libertés.

Des voix s'étaient élevées pour s'opposer à la loi ces dernières semaines, tandis que la Ville de Toronto l'avait contestée. Plusieurs, incluant le maire John Tory, réclamaient sa suspension le temps de laisser passer les élections.

Doug Ford a effectué un mandat comme conseiller municipal à Toronto, tandis que son frère Rob Ford était maire de la ville. L'actuel premier ministre s'était lancé dans la course à la mairie en 2014, qu'il avait perdue face à John Tory.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos