Patrick Bellerose
Agence QMI

Les influenceurs du Web invités à couvrir QS

Les influenceurs du Web invités à couvrir QS

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Patrick Bellerose

Boudé par les grands médias, Québec solidaire a invité les personnalités du Web à monter gratuitement dans son autobus électoral jeudi, avant de se raviser et de leur imposer un tarif.

En début de journée jeudi, une employée politique de Québec solidaire affirmait pourtant que les blogueurs, youtubers et autres influenceurs de la Toile pourraient embarquer sans payer dans la caravane qui suit les co-porte-paroles du parti. L'hébergement et la nourriture demeureraient toutefois aux frais des participants.

Questionné par les journalistes à savoir si une telle faveur pourrait constituer une dépense électorale, Québec solidaire a changé son fusil d'épaule dans l'après-midi. «Il y a peut-être eu un manque de communication, mais ça va être les mêmes conditions pour les personnalités du Web que c'était pour les journalistes», explique le porte-parole masculin de la formation, Gabriel Nadeau-Dubois.

«On n'a pas les moyens d'accueillir une quinzaine de personnes à nos frais», souligne-t-il.

Prix négociable

Le tarif journalier pour la tournée - qui inclut l'autobus, l'hébergement, trois repas par jours, etc. - est de 225$. Le prix diminue pour un forfait hebdomadaire ou mensuel, tandis que le tarif sans l'hébergement est de 50$ par jour.

Toutefois, Québec solidaire se dit prêt à négocier. «On a toujours été flexibles avec les grands médias, souligne M. Nadeau-Dubois. Les personnalités du Web vont se voir offrir les mêmes conditions.»

Plan B

La décision d'inviter des personnalités du Web à couvrir la campagne électorale de QS a été prise après que l'équipe ait appris que les deux seuls médias à bord, Le Devoir et Radio-Canada, quitteront la caravane, du moins pour le moment.

«Au lieu de faire la baboune, on s'est dit : pourquoi pas tourner ça comme une opportunité d'inviter des personnalités du Web à couvrir à leur manière notre campagne électorale, résume Gabriel Nadeau-Dubois. C'est, disons, un plan B, parce que le plan A, c'était d'avoir des journalistes des médias traditionnels.» Il ajoute qu'il y «aura toujours de la place pour les journalistes».

M. Nadeau-Dubois ne cache pas sa déception devant l'absence de grands médias dans l'autobus de sa formation politique. «C'est sûr que ce n'est pas une bonne nouvelle, souligne-t-il. Mais on ne veut pas faire de scandale avec ça.»

Couverture Instagram?

Jeudi, le hasard a voulu que deux anciennes participantes d'Occupation double, Jessie Nadeau et Alexandra Stellini, se trouvent à bord de l'autobus des co-porte-paroles de QS pour la journée. Les jeunes femmes préparent un projet Instagram où elles rencontreront les chefs des différents partis politiques en plus de faire découvrir les coulisses d'une campagne électorale.

Doit-on s'attendre à ce type de couverture de la part des personnalités du Web qui monteront à bord de l'autobus de QS? «Nous, on ne va pas s'ingérer dans le contenu que ces gens-là vont produire», réplique M. Nadeau-Dubois.

Invité à commenter alors qu'il faisait campagne à Montréal jeudi, le chef péquiste Jean-François Lisée a d'abord cru à une blague. «Moi j'aime mieux avoir des journalistes sérieux, sérieuses, qui posent des questions sérieuses», s'est-il moqué.

Avec la collaboration de Geneviève Lajoie



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos