Marc-André Gagnon
Agence QMI

Prêts à intérêts élevés: Le Bouyonnec a contrevenu aux valeurs de la CAQ, dit Éric Caire

«M. Caire n'a pas de leçon à me donner», réplique le président du parti - Prêts à intérêts élevés: Le Bouyonnec a contrevenu aux valeurs de la CAQ, dit Éric Caire

Stéphane Le BouyonnecPHOTO D'ARCHIVES, JEAN-FRANCOIS DESGAGNES

Marc-André Gagnon

Le candidat de la CAQ dans La Prairie, Stéphane Le Bouyonnec, a contrevenu aux valeurs du parti qu'il préside en s'impliquant dans une entreprise qui fait des prêts privés à hauts taux d'intérêts, a indiqué jeudi matin le député caquiste Éric Caire.

«Ce n'est pas les valeurs de la CAQ», a reconnu M. Caire, en réagissant aux révélations de notre Bureau d'enquête, jeudi matin, lors d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale.

La réplique du principal concerné n'a pas tardé, sur les ondes d'une station de radio de Québec. «Sur les valeurs de la CAQ, M. Caire n'a pas de leçon à me donner. Je suis un vieux routier», a déclaré M. Le Bouyonnec, en entrevue au FM93.

Pourtant, dans un communiqué de presse diffusé jeudi matin par le parti de François Legault, M. Le Bouyonnec laisse lui-même comprendre que le modèle d'affaires du site iCash ne correspond pas aux valeurs de la CAQ.

«Afin qu'il n'y ait aucune ambigüité sur le fait que la CAQ n'a aucune intention de permettre ce modèle d'affaires au Québec et que ce dernier ne fait pas partie des valeurs du parti, j'annonce donc que je me retire de toutes mes fonctions au sein de Techbanx et que j'entame dès à présent les démarches pour me départir de la totalité de mes actions dans cette entreprise», a déclaré le candidat de la CAQ dans La Prairie.

En entrevue avec notre Bureau d'enquête, M. Le Bouyonnec avait plutôt indiqué qu'il démissionnerait du conseil d'administration de l'entreprise. Il avait toutefois laissé planer le doute sur ce qu'il ferait des parts qu'ils possède.

En début de journée, devant la presse parlementaire, M. Caire s'est pourtant porté à la défense de M. Le Bouyonnec, face aux révélations de notre Bureau d'enquête.

«Là-dessus, on va mettre un bémol. D'abord au Québec, on ne peut pas faire des leçons de morale à personne, a continué M. Caire. On vient d'adopter la législation, l'encre n'est pas séchée encore. Il n'y a pas si longtemps, ç'aurait été légal au Québec aussi.»

«C'est toujours légal en Ontario, a ajouté le député de La Peltrie. Ceci étant dit, M. Le Bouyonnec a déjà annoncé qu'il allait se retirer du conseil d'administration, donc je pense qu'il se conforme à la législation du Québec même si ses activités sont en Ontario.»

Lise Thériault fustige la CAQ

Par ailleurs, la ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation, Lise Thériault, se demande si le député caquiste André Lamontagne a tenté de favoriser les affaires de M. Le Bouyonnec, en proposant un amendement visant à retirer les prêteurs usuraires de la nouvelle législation.

«La CAQ peut se réfugier sur le fait qu'ils ont voté pour l'adoption du projet de loi où on est venu encadrer les prêteurs sur gage, (mais) ce que les gens n'ont peut-être pas remarqué, c'est que M. Lamontagne, du même souffle, a déposé une pétition où il me demandait de retirer les prêteurs sur gage de l'application de la loi de la protection du consommateur», a rapporté Mme Thériault.

La députée libérale d'Anjou-Louis-Riel accuse du même coup M. Legault d'avoir manqué de jugement en laissant son président de parti faire «de l'argent sur le dos du pauvre monde».



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos