Agence QMI
Agence QMI

Conseil national à Drummondville: le PQ veut consolider, fortifier et bâtir la nation québécoise

Conseil national à Drummondville: le PQ veut consolider, fortifier et bâtir la nation québécoise

Sébastien St-Jean / Agence QMI

Agence QMI

Le Parti québécois (PQ) tient son conseil national cette fin de semaine et c'est à cette occasion que les grandes lignes directives de la plateforme électorale seront adoptées en vue de l'élection du 1er octobre.

La formation souverainiste veut consolider, fortifier, bâtir la nation québécoise. TVA Nouvelles a mis la main sur le document d'une cinquantaine de pages.

«C'est vraiment un État fort pour le Québec et un État aussi pour réussir l'indépendance. Ça veut dire mettre fin aux coupes récurrentes du régime libéral», explique Gabrielle Lemieux, la présidente du PQ en entrevue à TVA Nouvelles.

Défendre le français

En plus de l'éducation, la famille, l'environnement et le nationalisme économique, le PQ revient à ses bases: la défense du français.

«C'est vraiment la sève qui coule dans nos veines au Québec depuis 400 ans d'histoire. C'est la langue qui permet à tout le monde de se rejoindre», ajoute-t-elle.

Un futur gouvernement mené par Jean-François Lisée voudra exiger une réelle connaissance du français à ceux qui voudront aller dans les cégeps et les universités anglophones.

«Pour ce qui est de la loi 101 au cégep, on a décidé d'y aller avec une mesure de compromis soit de viser l'objectif de promouvoir la langue française, mais en ayant une approche plus graduelle», mentionne Mme Lemieux.

Le PQ veut aussi interdire aux employeurs d'exiger l'anglais lorsque ce n'est pas requis.

Dans les 100 jours suivants, l'élection, le PQ s'engage à adopter une loi pour inclure des mesures d'accueil et de francisation des immigrants.

«On peut aussi demander à ce que les immigrants connaissent un minimum de français à leur arrivée pour faciliter l'intégration.» «On veut un vivre-ensemble réel, où tout le monde peut communiquer», stipule-t-elle.

Un dernier conseil pour le doyen de l'Assemblée nationale

Le doyen de l'Assemblée nationale, François Gendron, participera à son dernier rassemblement militant comme député.

Élu pour la première fois en 1976, le député d'Abitibi-Ouest avait un message aux militants.

«Ne lâchez pas. C'est de passer tout l'été à parler aux Québécois de nos idées», mentionne M. Gendron.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos