Agence QMI
Agence QMI

Une marche pour demander la démission de Barrette

Une marche pour demander la démission de Barrette

Des centaines de personnes ont marché samedi au centre-ville de Montréal pour réclamer la démission du ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Photo Joel Lemay

Agence QMI

MONTRÉAL - Des centaines de personnes ont marché samedi au centre-ville de Montréal pour réclamer la démission du ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Citoyens et membres du réseau de la santé ont répondu présent à l'invitation de Québec solidaire. Ils se sont donné rendez-vous à la place Émilie-Gamelin et ont marché calmement jusqu'aux bureaux montréalais du premier ministre Philippe Couillard pour remettre une pétition signée par plus de 50 000 personnes.

«M. Barrette est devenu un problème. Personne ne l'écoute. Il n'y a plus personne qui lui accorde une crédibilité, même le premier ministre l'écarte», a fait savoir le député de Mercier, Amir Khadir, en entrevue à LCN, en matinée.

Il estime que comme «ministre de la Santé, il ne fait plus la "job". Il a suffisamment nui au système de santé. Il faut l'écarter».
Le député solidaire ne digère pas l'entente survenue entre Québec et les médecins spécialistes. Il a d'ailleurs promis de remettre le chèque forfaitaire qu'il recevra.

«Petite clique»

Samedi, il est revenu sur la lettre envoyée par la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) à ses membres qui écorche notamment le député de Mercier, lui-même microbiologiste-infectiologue. Amir Khadir accuse la Fédération d'être «déconnectée» de ses membres.

«Au lieu de reprocher à certains médecins comme moi de critiquer le travail de la FMSQ ou aux médias d'être responsables de leur mauvaise presse, je pense que la FMSQ est rendue à se poser de sérieuses questions. La manière dont la Fédération fait son travail est héritée du temps de Gaétan Barrette. Il y a une obsession sur le revenu», a-t-il indiqué.

«Il faut sortir de cette logique qu'il nous en faut toujours plus, a-t-il précisé. La plupart des médecins, ce qu'ils veulent, c'est qu'il y ait des ressources. C'est qu'on puisse avoir accès à la salle d'opération, c'est qu'on ait des lits pour soigner nos malades, c'est que le personnel à l'entour de nous ne soit pas épuisé, qu'il y ait des préposées aux bénéficiaires pour nos patients.»

Amir Khadir a réitéré le fait qu'il y ait une «petite clique» à la Fédération. «C'est vrai. Il y a une petite clique qui contrôle cette machine alors que la très grande majorité, nous, on n'a pas vu l'entente. On nous raconte que [...] c'est même pas encore signé alors que M. Couillard avait dit qu'on avait signé une entente et qu'on était tenu de le respecter. Là, on apprend dans la lettre d'hier que ce n'est même pas signé, c'est encore en négociation. C'est vraiment très fâchant et je pense que ça explique pourquoi tant de gens ont répondu favorablement à notre pétition pour demander la démission de M. Barrette.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos