Agence QMI
Agence QMI

Aide aux utilisateurs de drogues: Le PQ revendique des investissements par Québec

Aide aux utilisateurs de drogues: Le PQ revendique des investissements par Québec

Simon Clark/Agence QMI

Agence QMI

Le Parti québécois demande à la ministre Lucie Charlebois d'investir rapidement «sur le terrain» les 3,1 millions $ versés par Ottawa pour lutter contre l'usage et la dépendance aux drogues.

Cette somme provient du Programme sur l'usage et les dépendances aux substances (PUDS), qui est doté d'une enveloppe de 26 millions $ pour l'ensemble du Canada,

«Nous craignons que les sommes fédérales ne soient pas utilisées par Québec pour soutenir des projets concrets qui viennent en aide, sur le terrain, aux personnes consommatrices de drogues», a résumé le chef du PQ, Jean-François Lisée, par communiqué, lundi.

Le PQ soutient qu'ailleurs au Canada, l'appel d'offres pour investir ces sommes est déjà lancé depuis plusieurs mois, ce que la ministre déléguée à la Santé publique tarde à faire.

«Que fait la ministre Lucie Charlebois? Qu'attend-elle pour mettre les 3,1 millions $ à la disposition des gens qui en ont besoin? Que l'année fiscale se termine?», a critiqué la députée péquiste Nicole Léger.

La formation politique était appuyée par plusieurs organismes qui viennent en aide aux consommateurs de drogues, notamment le site d'injection supervisée Dopamine, qui juge sa situation «précaire».

Pas de retard

La ministre Charlebois se défend d'être en retard sur les autres provinces, et promet que les sommes seront investies d'ici la fin de l'automne.

«On est au même stade que les autres provinces canadiennes. On ne dort pas sur de l'argent. [...] On est en train de déployer ces sommes-là», a-t-elle indiqué, en entrevue à TVA Nouvelles, lundi.

«On va la distribuer en toute cohérence et de manière rigoureuse», a-t-elle ajouté, en disant se baser sur des consultations effectuées avec des gens du milieu.

Contrairement à ce qu'a indiqué le Parti québécois, le gouvernement ne procédera pas par appel d'offres pour distribuer les sommes, a précisé Mme Charlebois.

Quant à la «précarité» de l'organisme Dopamine, elle dit ne pas comprendre leur demande d'aide financière.

«On a investi 12 millions $ dans les sites d'injection supervisée. Je ne comprends pas qu'ils me disent une chose comme ça», a-elle indiqué.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos