Agence QMI

Rimouski désigné comme «ville d'accueil»

RIMOUSKI - Rimouski est devenu mercredi officiellement la 14ième ville d'accueil des personnes réfugiées prises en charge par l'État au Québec.

L'annonce a été faite mercredi matin par la ministre québécoise de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil.

«On n'a pas créé de nouvelle ville depuis très très longtemps. J'ai rencontré les groupes de parrainage, les conseillers et le maire et je sentais vraiment un sens profond d'humanité et que les Rimouskois voulaient jouer un rôle de premier plan», a mentionné la ministre.

Pour se faire, Accueil et Intégration Bas-Saint-Laurent recevra près de 350 000 $ du gouvernement du Québec afin d'apporter le soutien nécessaire à l'installation et à l'intégration de 200 personnes réfugiées d'ici le 30 juin 2019.

Ces réfugiés viennent de la Syrie, de l'Irak et de l'Afghanistan. Dans les prochains jours, on attend l'arrivée des 11 premiers réfugiés syriens à Rimouski.

«On parle de cinq enfants et six adultes, c'est-à-dire leurs parents et une grand-mère. Ce sont des gens qui sont originaires de la Syrie, plus précisément de la ville d'Alep, une ville qui a été martyrisée dans les dernières années. Ce sont des gens qui ont quitté la ville depuis déjà plusieurs mois et qui habitent en ce moment au Liban. Ces gens-là habitent présentement sur un toit, ils n'ont pas de toit sur la tête, ils habitent littéralement sur un toit», a précisé Philippe Thibault, porte-parole du comité d'accueil des réfugiés syriens de Rimouski.

Le maire de Rimouski, Marc Parent, a réitéré son opposition à toute forme de racisme.

«La population rimouskoise est très ouverte à cette réalité. C'est un apport économique et culturel important, on est vraiment content, c'est une excellente nouvelle pour la ville et la région», a-t-il dit.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos