Régys Caron
Agence QMI

Transferts en santé: Barrette tire à boulets rouges sur Ottawa

Transferts en santé: Barrette tire à boulets rouges sur Ottawa

Gaétan Barrette.Photo Archives / Agence QMI

Régys Caron

Dernière mise à jour: 27-09-2016 | 17h58

Gaétan Barrette refusera toute somme d'argent accordée sous condition par le gouvernement fédéral, même si Ottawa demande que cet argent soit dépensé en soins à domicile et en santé mentale, deux cibles privilégiées par Québec.

«Il n'en est pas question», a dit, deux fois plutôt qu'une, le ministre québécois de la Santé qui promet de tout mettre en oeuvre pour faire reculer son homologue fédérale Jane Philpott.

En plus de l'appui des autres provinces canadiennes, qu'il dit avoir, il entend lever l'opinion publique québécoise contre le gouvernement libéral de Justin Trudeau.

M. Barrette réagissait, mardi matin, aux déclarations de la ministre fédérale de la Santé quant à l'avenir des transferts fédéraux. Comme l'avait statué le gouvernement conservateur de Stephen Harper, l'indexation annuellement des transferts fédéraux en santé sera ramenée de 6 % à 3 % en 2017. Ces transferts atteindront, cette année, la somme de 36 milliards $.

Domaines ciblés

Mme Philpott a réitéré l'intention d'Ottawa d'accorder des sommes supplémentaires (outre le 3 %) à condition que l'argent soit dépensé dans des domaines ciblés, à savoir les soins à domicile et en santé mentale, deux cibles maintes fois évoquées par Gaétan Barrette.

«On a une ministre de la Santé fédérale qui a choisi d'aller de l'avant avec une mesure conservatrice dans un gouvernement qui a dit qu'il allait s'éloigner des conservateurs, qui va procéder à la plus grosse coupure en santé des 15 dernières années (...) C'est un choix politique, on va limiter l'accès aux citoyens du Québec et du Canada à des soins de quantité et de qualité», a martelé le ministre Barrette.

Gaétan Barrette invoque «la clause du fédéralisme asymétrique» dont bénéficierait le Québec dans ses rapports avec le gouvernement fédéral. «Est-ce que Jane Philpott parle au nom de Justin Trudeau et nous annonce la fin du fédéralisme asymétrique (...) Au moment où on se parle, les provinces, on est toutes sur la même page.»

Le ministre de la Santé invite les Québécois à faire pression sur leurs députés fédéraux. «J'invite tout le monde, appelez votre député fédéral, envoyez-lui des courriels, mettez de la pression, le gouvernement fédéral ne veut pas que vous ayez accès au niveau approprié de soins.»

À Ottawa

Les propos du ministre Barrette n'ont pas perturbé son homologue fédérale qui a réitéré l'intention d'Ottawa d'investir dans les domaines de la santé mentale et des soins à domicile. Mme Philpott affirme avoir eu de bonnes discussions avec le ministre du Québec à ce sujet.

«Quand je suis avec lui, quand on parle ensemble, on est d'accord sur les enjeux qui sont difficiles, qu'on a en commun», a-t-elle soutenu.

Elle refuse d'utiliser le terme «conditions» et parle plus d'une «collaboration» entre les deux paliers de gouvernement. Elle souhaite néanmoins que les provinces partagent leurs données avec le fédéral.

«Nous allons dire voici l'argent, nous aimerions que ça soit attribué aux soins à domicile. Je m'attends à ce que les provinces et les territoires partagent entre eux et me partagent les exemples qui fonctionnent déjà bien avec leurs projets», explique-t-elle.

-Avec la collaboration de Dominique La Haye

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos