Charles Lecavalier
Agence QMI

Cloutier «a déformé mes propos», dit Ouellet

Charles Lecavalier

QUÉBEC - Alexandre Cloutier aurait «déformé les propos» de Martine Ouellet lorsqu'il a dit qu'elle s'est sentie «menacée» par une intervention de Jean-François Lisée à l'intérieur du caucus des députés.

«Ce n'est pas les propos que j'ai tenus. Les conversations privées, en principe, devraient rester privées. S'il déforme mes propos pour parler aux journalistes, ça lui appartient», a lancé jeudi la candidate à la direction du Parti québécois Martine Ouellet.

Mme Ouellet a confirmé que M. Lisée lui aurait dit qu'il ne pourrait tolérer son indiscipline s'il devenait chef du PQ, mais elle soutient qu'elle ne s'est pas sentie «menacée». Elle ajoute qu'il a fait «volte-face» depuis en soutenant qu'ils sont amis et qu'il souhaite qu'elle soit dans son équipe.

Elle a dénoncé le caucus «teinté d'intérêts partisans» et soutient que cet épisode démontre que «le caucus est rendu électoral et [que], donc, il y a toutes sortes de positionnements, de manœuvres, d'utilisation du caucus pour favoriser un candidat».

Martine Ouellet a déploré l'attitude «condescendante» de MM. Cloutier et Lisée qui, tour à tour, ont voulu lui «apporter leur soutien» ou assurer qu'elle était «précieuse» au sein du parti.

Expulsion

L'équipe de M. Cloutier a rétorqué que, bien que le député de Lac-Saint-Jean n'ait pas été présent au caucus au moment des événements, «Mme Ouellet et plusieurs autres personnes» lui ont rapporté les échanges, et qu'il n'y a «aucune raison de croire que les faits révélés ne sont pas avérés».

«Il a été question de menaces d'expulsion», a dit au Journal de Québec le porte-parole de M. Cloutier, Dominique Vallière.

Au matin, M. Lisée s'était défendu en affirmant qu'il souhaitait que Martine Ouellet soit dans son équipe, et «qu'on a tous à travailler à ce que l'équipe fonctionne mieux».

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos