Marc-André Gagnon
Agence QMI

Budget fédéral: le PQ craint l'ingérence d'Ottawa

Budget fédéral: le PQ craint l'ingérence d'Ottawa

Stéphane Bergeron. Photo Simon Clark / Agence QMI

Marc-André Gagnon

QUÉBEC - Le Parti québécois craint qu'Ottawa ne s'ingère dans les compétences du Québec en versant des sommes réservées pour des projets d'infrastructures directement aux municipalités, un scénario qu'écarte complètement le gouvernement Couillard.

En vertu des règles constitutionnelles, Ottawa doit transiger avec les provinces avant d'appuyer un projet d'infrastructure municipale. Historiquement, la priorisation de ces projets appartient aux provinces, de qui relèvent les municipalités.

Or dans le budget 2016, le gouvernement libéral prévient que les fonds déjà prévus pour des projets d'infrastructures, mais qui n'ont pas encore été distribués, seront canalisés rapidement vers les municipalités, par le truchement du Fonds de la taxe sur l'essence.

L'opposition officielle à l'Assemblée nationale craint que le gouvernement fédéral ne mette sa menace à exécution s'il n'arrive pas à s'entendre avec Québec d'ici la fin de l'année financière sur les projets à prioriser.

Du gouvernement Harper au gouvernement Trudeau, le Parti québécois accuse le gouvernement Couillard d'avoir mal négocié avec Ottawa, et ce, au détriment des municipalités.

«Le gouvernement fédéral, actuellement, semble vouloir profiter du mécontentement légitime des municipalités. Les municipalités attendent ces montants-là depuis deux ans [...] et là, le gouvernement fédéral se livre à un chantage éhonté à l'égard du gouvernement du Québec», a déclaré le député péquiste Stéphane Bergeron.

Hamad se fait rassurant

«Le Québec a fait ses devoirs», a soutenu de son côté le président du Conseil du trésor, Sam Hamad, qui assure que la priorisation des projets passera par Québec.

Le ministre Hamad a rapporté que son gouvernement a soumis au fédéral, le mois dernier, la liste finale des projets concernés.

Pour ce qui est de voir Ottawa verser l'argent directement aux municipalités, «ça n'a jamais passé et ça ne passera pas», a prévenu M. Hamad.

«On travaille évidemment étroitement avec les municipalités du Québec pour prioriser des projets qui sont importants pour le Québec, mais aussi pour les municipalités», a déclaré pour sa part le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux.

Le ministre responsable des Relations canadiennes, Jean-Marc Fournier, se dit convaincu de pouvoir tout régler d'ici la fin du mois.

«Oui, tout à fait», a dit M. Fournier, qui refuse de reculer sur la revendication traditionnelle du Québec en matière de priorisation des projets d'infrastructures, qui «repose sur une équité, sur un sain développement du Québec», selon lui.

«On a toujours plaidé pour que les relations avec le monde municipal se fassent à travers le gouvernement provincial», a réitéré M. Fournier.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos