Geneviève Lajoie
Agence QMI

PLQ: «C'est un parti de pourris», dit François Legault

Geneviève Lajoie

Dernière mise à jour: 23-03-2016 | 12h05

QUÉBEC - Le PLQ est «un parti de pourris», selon le chef caquiste, François Legault.

Le ton a monté durant la période de questions à l'Assemblée nationale mercredi, alors qu'il était question de financement politique et de l'arrestation de l'ex-ministre libérale Nathalie Normandeau.

En marge d'un échange corsé entre la députée caquiste Nathalie Roy et le ministre Jean-Marc Fournier en Chambre, François Legault a lancé, hors micro: «c'est un parti de pourris!»
1 million $ «d'argent sale»

Plus tôt mercredi, M. Legault a demandé au premier ministre de rembourser le million de dollars «d'argent sale» récolté par l'ex-ministre libérale Nathalie Normandeau durant son passage en politique.

Le chef caquiste craint que ce magot ne serve à financer la prochaine élection du Parti libéral du Québec.

«Le PLQ pourrait faire la prochaine campagne électorale, en 2018, dans deux ans, avec de l'argent sale, a-t-il déploré mercredi. C'est totalement inacceptable.»

Entre 1998 et 2011, Mme Normandeau a recueilli 980 245 $ en dons politiques, selon une compilation déposée à la commission Charbonneau. La majorité de cette cagnotte 746 384 $ - provenait de contributions récoltées à l'extérieur de sa circonscription de Bonaventure.

«C'est Philippe Couillard le chef du PLQ, c'est donc lui qui devient aujourd'hui le responsable de l'argent sale du PLQ», soutient le chef de la Coalition avenir Québec.

Président de l'Assemblée nationale

François Legault s'interroge également sur les interventions du président de l'Assemblée nationale, le libéral Jacques Chagnon, quand il est question de Nathalie Normandeau en Chambre.

Le chef caquiste s'est dit «surpris» de l'attitude de M. Chagnon, qui interrompt les députés caquistes, péquistes et solidaires lorsqu'ils questionnent le gouvernement sur l'arrestation de l'ex-vice première ministre.

Une préoccupation que partagent les députés de Québec solidaire, qui estiment que le président de l'Assemblée est trop «restrictif» dans son application des règlements.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos