Charles Lecavalier
Agence QMI

«Ristournes Lamarre»: Gaétan Barrette s'excuse

Charles Lecavalier

Dernière mise à jour: 15-03-2016 | 14h44

QUÉBEC - Gaétan Barrette a mis fin à une semaine de tergiversations en offrant ses excuses à la députée péquiste Diane Lamarre, qui les a immédiatement acceptées.

«Dans le feu de l'action, mes propos ont pu dépasser certaines bornes. À cet égard, je tiens formellement à lui présenter mes excuses», a lancé mercredi le ministre de la Santé, escorté jusqu'au peloton de journalistes par le directeur des relations médias du bureau du premier ministre. M. Barrette a toutefois ajouté à sa défense qu'il s'agit d'un «dossier complexe».

Il fait acte de contrition «pour ce qui a pu être interprété comme une attaque personnelle». En s'excusant, il tente de mettre fin à une affaire qui fait boule de neige depuis une semaine.

M. Barrette a déclenché une tempête de critiques mercredi dernier en accusant la députée de Taillon d'être en «conflit d'intérêts permanent» parce qu'elle aurait, du temps où elle présidait l'Ordre des pharmaciens, laissé ses collègues surfacturer les assureurs lorsque le gouvernement a décidé de plafonner leurs allocations professionnelles. Il a dénoncé à ce moment les «ristournes Lamarre».

«Bullying»

Sa sortie musclée a été critiquée par plusieurs commentateurs, qui ont associé les accusations du ministre à une manœuvre de «bullying». Jeudi, M. Barrette rétropédalait : «D'aucune manière, je n'ai attaqué ou remis en cause l'intégrité de Mme Lamarre», a-t-il dit devant la presse parlementaire.

La députée Lamarre a contre-attaqué et demandé des excuses formelles. Dimanche, les deux politiciens se sont retrouvés sur le plateau de l'émission Tout le monde en parle. M. Barrette ne s'y est pas excusé.

Aujourd'hui, il maintient que le dossier est «complexe». «La problématique des ristournes a été clairement établie en commission parlementaire. Ce ne sont pas des ristournes Lamarre. Le fait d'avoir fait l'association avec Mme Lamarre était une erreur que je n'aurais pas dû faire», a-t-il toutefois admis.

La députée Lamarre a absous M. Barrette, puisqu'il a «reconnu qu'il a fait une erreur avec ses allégations» et qu'il a reconnu «qu'il a utilisé des propos qui dépassaient la norme», qu'elle associe à un «processus d'intimidation».

C'était la journée des excuses à l'Assemblée nationale puisque le bouillant ministre de la Santé a demandé des excuses au chef péquiste, Pierre Karl Péladeau, pour l'avoir comparé à Tartuffe. M. Péladeau a aussitôt demandé pardon.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos