Agence QMI

Le Parti québécois réclame la suspension d'UberX

Le Parti québécois réclame la suspension d'UberX

La députée Martine Ouellet, porte-parole du Parti québécois en matière de transports.Photo Archives / Agence QMI

QUÉBEC - La députée Martine Ouellet, porte-parole du Parti québécois en matière de transports et de stratégie maritime, demande au ministre des Transports, Jacques Daoust, de suspendre le transport illégal effectué par UberX, jusqu'à l'adoption d'un nouveau projet de loi.

La commission parlementaire sur le taxi, qui s'est terminée jeudi, a permis «d'obtenir un portrait plus réel et actuel de l'état des lieux dans l'industrie du taxi», a indiqué la députée Ouellet dans un communiqué publié dimanche.

À la suite de cet exercice, il est maintenant temps que le ministre des Transports passe à l'action et suspende le transport illégal d'UberX, estime-t-elle.

«Malgré l'indignation du ministre des Transports, UberX a refusé de suspendre ses activités pendant la commission parlementaire. Dans quelle autre industrie le gouvernement du Parti libéral tolère-t-il des activités illégales faites au grand jour?» a demandé Martine Ouellet.

Améliorer l'expérience client

De plus, le Parti québécois demande au ministre de prendre une série de mesures afin de bonifier la formation des chauffeurs, et améliorer le service pour les clients, notamment en intégrant dans la même application mobile les technologies de géolocalisation, paiement électronique et module de Revenu Québec pour les taxes.

Rachat des permis

Le ministre Daoust devra aussi clarifier ses intentions pour le rachat de permis, a dit Mme Ouellet. «Combien de permis veut-il racheter? À quel prix? Et à qui? Qui va payer?» a évoqué Martine Ouellet, rappelant que les chauffeurs doivent recevoir une indemnité juste, «à la hauteur des investissements qu'ils ont faits pour acquérir leur permis».

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos