Louis Gagné
Agence QMI

La rencontre entre Pétrolia et Couillard se fait attendre

La rencontre entre Pétrolia et Couillard se fait attendre

Le premier ministre Philippe Couillard et le président de Pétrolia, Alexandre Gagnon.Photos Simon Clark / Agence QMI

Louis Gagné

Dernière mise à jour: 29-02-2016 | 17h50

QUÉBEC - Deux semaines après s'être engagé à rencontrer rapidement les dirigeants de Pétrolia au sujet d'Anticosti, Philippe Couillard n'a toujours pas donné signe de vie à l'entreprise, qui commence à s'impatienter.

Le président-directeur général de Pétrolia, Alexandre Gagnon, a écrit au premier ministre lundi pour solliciter un entretien avec lui dans les plus brefs délais. M. Gagnon souhaite que le chef du gouvernement précise sa pensée sur le projet d'exploration pétrolière et gazière à l'île d'Anticosti, qu'il a critiqué à plusieurs reprises.

«Nous demeurons toujours sans nouvelles et dans l'attente d'une convocation de votre part. Compte tenu de l'enjeu que cela représente pour nos partenaires et nos investisseurs, je me permets de revenir à la charge pour que l'engagement pris le 16 février puisse se matérialiser prestement», a écrit le dirigeant.

Il y a deux semaines, Alexandre Gagnon avait dénoncé la remise en question, par Philippe Couillard, de l'entente de partenariat conclue entre le gouvernement Marois et les entreprises Pétrolia, Maurel & Prom et Corridor Resources pour confirmer le potentiel énergétique de l'île d'Anticosti.

À la suite de cette sortie, le premier ministre avait indiqué qu'il rencontrerait rapidement les dirigeants de Pétrolia «pour parler de l'ensemble de leurs projets».

Le PQ et la CAQ critiquent Couillard

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a reproché à Philippe Couillard d'avoir manqué à son engagement.

«[Il avait promis] qu'il allait rencontrer la direction de Pétrolia et deux semaines plus tard, il ne l'a pas fait. Est-ce qu'il peut respecter sa parole? Est-ce qu'il peut respecter sa signature?

Encore aujourd'hui, nous avons l'illustration que ça ne l'intéresse pas», a déclaré M. Péladeau.
De son côté, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a soutenu que l'attitude du premier ministre envoyait un bien mauvais message au monde des affaires.

«Le gouvernement du Québec est partenaire de Pétrolia et M. Couillard ne veut même pas rencontrer ses dirigeants. On se retrouve dans une situation où Pétrolia n'est plus capable d'aller chercher des fonds, du capital, parce que son partenaire semble ne plus croire aux projets, donc c'est très dommageable puis il y a un risque réel de poursuites», a soutenu M. Legault sur les ondes de LCN.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos