Régys Caron
Agence QMI

Les péquistes retrouvent la bonne humeur

Régys Caron

TROIS-RIVIÈRES - Ragaillardis par un gouvernement libéral plongé dans l'embarras, voire affaibli, les péquistes ont retrouvé leur bonne humeur.

«Tout va bien, nous avons eu une très belle rentrée parlementaire», s'est réjoui, samedi, le chef Pierre Karl Péladeau, à son arrivée au Conseil national du PQ qui se tient ce week-end, à Trois-Rivières.

«On a un chef qui énerve les libéraux. À chaque question de notre chef, Philippe Couillard devient rouge, sa pression monte», ironisait quelques minutes plus tard, le député Bernard Drainville, devant quelque 350 militants.

Les dossiers qui font mal paraître le gouvernement Couillard s'accumulent : perte de 2400 emplois chez Bombardier après une mise en fonds de 1,3 milliard par l'État, entente avec Air Canada où Québec s'engage à abandonner sa défense des employés d'Aveos, prise de contrôle de RONA par la chaîne américaine Lowe's, déclarations intempestives sur le projet Anticosti.

Sentant le gouvernement sur la défensive, les péquistes tentent de saisir l'occasion pour tourner l'électorat en leur faveur, eux qui avaient commencé l'année dans la tourmente entourant leur chef et son implication dans les paradis fiscaux, à l'époque où il dirigeait Québecor.

«Philippe Couillard nous avait promis de créer 250 000 emplois. Les fermetures d'usine et les mises à pied ont fait près de 20 000 victimes depuis l'élection des libéraux», a souligné M. Péladeau.

Le PQ a lancé un site internet où il additionne les pertes d'emplois encourues depuis les élections d'avril 2014. Le site s'appelle effetliberal.com.

À 30 mois des prochaines élections, les 75 000 militants péquistes se rangent derrière la démarche entreprise par le chef pour l'indépendance. «Les militants sentent que ça bouge, a confié une source péquiste désirant ne pas être identifiée. Ils travaillent pour le prochain référendum.»

Aussi sur Canoe.ca


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos