Régys Caron
Agence QMI

Abolir les élections scolaires, une erreur dit la CSQ

Abolir les élections scolaires, une erreur dit la CSQ

Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement.Photo Simon Clark / Agence QMI

Régys Caron

QUÉBEC - Le ministre de l'Éducation ferait une erreur en abolissant les élections scolaires, croient les employés des commissions scolaires.

Le projet sur la gouvernance scolaire crée un déficit démocratique, a déclaré la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) à l'occasion de la commission parlementaire qui étudie le projet de loi 86. «Ce gouvernement-là a décidé de jeter le bébé avec l'eau du bain (...) L'erreur, c'est qu'on a rien essayé pour que ça marche», a déploré la présidente de la CSQ, Louise Chabot.

Les commissions scolaires sont un palier décisionnel important, a précisé Mme Chabot. « On a toujours dénoncé qu'il n'y avait pas assez de gens qui allaient voter, a ajouté Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement (associée à la CSQ). Il aurait fallu se demander ce qu'il faut faire pour que les citoyens s'intéressent plus à la cause de l'éducation.»

Selon Mme Scalabrini, les citoyens ont démontré, au cours des derniers mois, qu'ils s'intéressent à l'éducation. «Regardez les chaînes humaines qu'on a vues autour des écoles, l'appui à un réinvestissement en éducation, a-t-elle dit. Après avoir dénoncé le problème, on n'a pas cherché les raisons. Est-ce que c'était assez connu les élections scolaires?»

La CSQ estime que le gouvernement Couillard passe à côté des priorités avec son projet de loi sur la gouvernance scolaire. Les priorités étant, à son avis, l'apprentissage et la réussite des élèves. «Les solutions avancées offrent très peu pour favoriser la persévérance et la réussite scolaire», a écrit la fédération syndicale dans un communiqué.

Les députés de l'opposition ont saisi l'occasion pour rappeler que les coupes budgétaires en éducation ont eu notamment pour conséquence de faire disparaître 250 professionnels (psychologues, orthophonistes, orthopédagogues, etc.) dans les écoles au cours des 12 derniers mois. Au cours des deux dernières années, les effectifs professionnels dans les écoles ont été soustraits de 400 postes.

Aussi sur Canoe.ca


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos