Agence QMI

Péladeau dénonce les coupes au programme AccèsLogis

Dernière mise à jour: 22-02-2016 | 12h46

MONTRÉAL - Le Parti québécois dénonce les coupes imposées par Québec dans le programme d'aide financière AccèsLogis.

Le chef de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale, Pierre Karl Péladeau, a soutenu en conférence de presse, lundi, dans le quartier Hochelaga, à Montréal, que ces coupes reposaient sur des «orientations idéologiques».

Accompagné de la députée Carole Poirier, la porte-parole parti en matière d'habitation, ils ont réclamé le rétablissement complet du financement de ce programme.

Selon M. Péladeau, les coupes dans AccèsLogis affectent des gens vulnérables dans toutes les régions du Québec.

«Ça ne prend pas moins de moyens, mais ça en prend davantage», a-t-il insisté, accusant le gouvernement Couillard de faire des choix idéologiques au profit du secteur privé.

«Le programme AccèsLogis est coupé de moitié et on privilégie les entreprises privées qui ont des orientations différentes de celles de l'État», a critiqué M. Péladeau.

Protéger les acquis

Selon le chef du PQ, il faut protéger les acquis des 20 à 30 dernières années et s'engager dans la lutte contre la pauvreté.

«AccèsLogis est le seul programme de logement social existant, et il est actuellement en péril. Il devait permettre de financer 3000 logements sociaux par année, mais les récentes coupes du gouvernement ont ramené ce total à 1500 unités. Par ailleurs, 6000 unités approuvées et techniquement en cours de construction sont bloquées. Pourquoi?», s'est interrogé le chef péquiste.

À Montréal seulement, selon les chiffres avancés par la députée Carole Poirier, près de 25 000 ménages se trouvaient sur la liste d'attente de l'Office municipal d'habitation en vue d'obtenir un logement social ou communautaire. Elle a rappelé qu'en 2011, 144 000 ménages locataires dans la métropole consacraient plus de la moitié de leurs revenus pour se loger.

«Le Fonds québécois d'habitation communautaire se retrouve aussi sous le couperet des libéraux. Le projet de loi 83 menace en effet de l'abolir, prévoyant le transfert des sommes à la Société d'habitation du Québec. Or, pour nous, il est clair que le Fonds doit demeurer», a indiqué Carole Poirier.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos