Marc-André Gagnon
Agence QMI

Québecor: Couillard invite Péladeau à s'expliquer

Québecor: Couillard invite Péladeau à s'expliquer

Philippe Couillard. Photo Marc-André Gagnon / Agence QMI

Marc-André Gagnon

MILAN, Italie - Les informations rapportées par certains médias selon lesquelles Québecor aurait profité de stratégies d'évitement fiscal, notamment sous la gouverne de Pierre Karl Péladeau, rappellent la situation difficile dans laquelle se trouve celui qui est aujourd'hui chef du Parti québécois (PQ), croit Philippe Couillard.

En marge d'une allocution livrée devant une trentaine de gens d'affaires italiens, à Milan, le premier ministre a réagi pour la première fois aux reportages du journal La Presse et de l'émission Enquête de Radio-Canada concernant l'entreprise dont M. Péladeau est toujours l'actionnaire de contrôle.

Préoccupé par les informations rapportées dans le cadre de ces deux reportages, le premier ministre Couillard a d'abord invité le chef péquiste à s'expliquer.

Pas une situation «anodine»

«Ça illustre la situation dans laquelle lui-même se place, a constaté M. Couillard. Il est l'actionnaire de contrôle de l'entreprise dont il est question. Il est chef de parti. Ce n'est pas une situation anodine, je l'ai déjà dit. Et ça ne doit pas être traité par lui de façon anodine.»

Préférant s'abstenir d'émettre davantage de commentaires, le premier ministre a tout de même déploré le comportement de M. Péladeau vis-à-vis des médias qui enquêtent sur son passé.

Même si les relations entre les représentants de la presse et les élus peuvent parfois s'avérer «difficiles», a observé M. Couillard, «je pense qu'on doit toujours garder une relation ouverte», a-t-il indiqué.

Dans une perspective plus générale, Philippe Couillard, qui s'est lui-même déjà fait reprocher d'avoir placé plus d'un demi-million de dollars dans un compte bancaire de l'île de Jersey, de 1992 à 2000, considère l'évasion fiscale comme un sujet «préoccupant».

«Encore une fois, c'est un enjeu qui n'est pas seulement québécois, canadien, mais qui est planétaire, mondial», a dit M. Couillard.

Le premier ministre devait présenter vers 18 h, heure de Milan, le bilan de sa mission économique en Europe, qui s'achevait lundi en Italie.

Péladeau éclaboussé

Après avoir été la cible d'une série d'articles parus dans La Presse, M. Péladeau se voit à nouveau éclaboussé par un reportage sur le thème de l'évasion fiscale, cette fois diffusé par Radio-Canada.

Le chef péquiste a qualifié, sur sa page Facebook, le dernier reportage de la société d'État de «gros pétard mouillé».

Selon les deux reportages en question, l'entreprise fondée par le père de Pierre Karl Péladeau profiterait de pratiques fiscales avantageuses en ayant recours à une trentaine de compagnies affiliées enregistrées entre autres en Suisse, au Panama, aux îles Vierges britanniques, au Luxembourg et en Irlande. 

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos