Jean-Francois Tremblay
Agence QMI

Les CPE partent en croisade contre le gouvernement Couillard

Les CPE partent en croisade contre le gouvernement Couillard

Les parents craignent que les nouvelles tâches attribuées aux éducatrices et la réduction de leurs heures affectent la qualité des services offerts aux enfants.Photo Fotolia

Jean-Francois Tremblay

SAGUENAY - Les Centres de la petite enfance (CPE) subiront de nouvelles réductions budgétaires de 120 millions $ en 2016-2017, une situation qui ne passe pas comme une lettre à la poste. Les directions des CPE promettent déjà de partir en croisade contre le gouvernement libéral à Québec.

«C'est un gouvernement qui est certainement le plus méprisant à l'égard des familles depuis 20 ans», a dit le président-directeur-général de l'Association québécoise des Centres de la petite enfance (AQCPE), Louis Sénécal.

«C'est un gouvernement qui a beau dire que les familles sont importantes, mais on cherche encore les mesures depuis son élection», a-t-il poursuivi.

Les CPE ont profité de la tenue du caucus des députés du Parti québécois dans l'arrondissement de Jonquière, à Saguenay, pour exposer leur position aux élus.

Ces compressions affecteraient des éducatrices alors que des heures de travail seraient réduites. Les moments d'accueil, à l'arrivée et au départ des enfants, seraient touchés.

Les parents craignent que les nouvelles tâches attribuées aux éducatrices et la réduction de leurs heures affectent la qualité des services offerts aux enfants.

«Ce que j'ai peur, c'est que les éducatrices auront d'autres tâches et elles auront beaucoup moins de temps à accorder à nos enfants», a témoigné Dominique Rivard, mère de deux enfants et membre du conseil d'administration du CPE Au pays des lutins, du secteur Chicoutimi.

«Si le temps de désinfection est enlevé, que les éducatrices doivent plier du linge au travers des enfants, je trouve cela inconcevable», a-t-elle ajouté.

Avant les Fêtes, l'AQCPE s'est retirée de la table de discussion gouvernementale afin d'amorcer une mobilisation provinciale.

Une pétition, dont l'objectif est de 100 000 signataires, circule dans la province et sera déposée à l'Assemblée nationale le 24 février.

D'autres actions sont prévues. Des interruptions ponctuelles de service dans les CPE ne sont pas écartées.

Aussi sur Canoe.ca


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos