Geneviève Lajoie
Agence QMI

Péladeau songe à poursuivre le ministre Fournier

Geneviève Lajoie

SAGUENAY - Après avoir mis en demeure François Legault, le chef péquiste Pierre Karl Péladeau songe à poursuivre le ministre Jean-Marc Fournier, qui a critiqué à son tour le financement de son futur Institut de recherche sur la souveraineté.

«Je n'ai pas de leçon à recevoir de M. Fournier et je réfléchis à ce que je vais faire en fonction de ses déclarations. Je réfléchis à ce qu'il a affirmé hier», a-t-il lancé, mercredi, à l'entrée du caucus de préparation de la rentrée parlementaire qui se tient à Saguenay.

Le ministre des Institutions démocratiques et leader parlementaire du gouvernement a affirmé mardi que le chef du Parti québécois violerait les lois électorales en finançant personnellement le futur organisme de recherche sur la souveraineté.

Une accusation semblable à celle prononcée par le député caquiste Benoit Charette il y a quelques jours et qui a valu à la CAQ une mise en demeure de Pierre Karl Péladeau.

Avez-vous l'intention d'envoyer une mise en demeure à Jean-Marc Fournier? «Je réfléchis sur les propos qu'il a mentionnés ce matin, ou hier», a-t-il répondu aux journalistes.

Selon le ministre Fournier, le leader souverainiste verse dans «l'intimidation juridique».

La députée péquiste Agnès Maltais a tenu à rappeler aux libéraux qu'elle a elle-même été ciblée par une mise en demeure de l'ancien premier ministre Jean Charest. «Ce sont eux qui ont commencé cette stratégie-là», plaide-t-elle.

Pas un million

M. Péladeau n'a pas l'intention de soumettre l'Institut de recherche à la Loi sur le financement des partis politiques.

Le chef du PQ a nié avoir l'intention de faire un don d'un million de dollars au futur organisme, une rumeur persistante dans les rangs péquistes. Le montant sera-t-il moins élevé? Plus élevé? Il n'a pas donné de précision.

«J'ai dit que l'Institut allait être financé de façon publique. J'ai l'intention de faire une contribution et au moment opportun, vous saurez ce qu'il en est», s'est-il limité à dire.

Une contribution financière du chef péquiste saluée par le député Jean-François Lisée. «Il y a des "think tanks" partout au Canada, qui sont de droite, de gauche, fédéralistes ou souverainistes, qui sont financés par des personnes qui ont plus d'argent que la moyenne, on trouve toujours ça normal. Qu'un Institut de la souveraineté existe, qu'il soit financé par Pierre Karl Péladeau et d'autres, je dis : enfin!»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos