Louis Gagné
Agence QMI

Oléoduc de TransCanada: Couillard réplique

Oléoduc de TransCanada: Couillard réplique

Philippe Couillard.Photo d'archives / Agence QMI

Louis Gagné

QUÉBEC - N'en déplaise au premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, qui accuse le Québec et l'Ontario de créer des «obstacles inutiles» au projet d'oléoduc de TransCanada en posant des conditions pour l'appuyer, le Québec n'a pas l'intention de renoncer à ses compétences en matière d'environnement, a prévenu Philippe Couillard, mardi.

«Pour nous, l'exercice de notre juridiction en environnement, donc la tenue du processus d'évaluation québécois, est incontournable, et ce serait faire fi de la réalité sociale et politique du Québec de penser qu'il peut en être autrement», a déclaré le premier ministre lors d'un point de presse conjoint avec son homologue du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant.

Le gouvernement Couillard a récemment soumis une liste de conditions à TransCanada pour appuyer son projet Énergie Est. Québec exige la tenue d'une évaluation environnementale sur l'ensemble de la portion québécoise du pipeline, incluant le terminal pétrolier qui serait construit à Cacouna.

Cette évaluation se pencherait entre autres sur la contribution de l'oléoduc aux émissions de gaz à effet de serre. La province souhaite également que l'entreprise albertaine s'assure de l'acceptabilité sociale du projet.

Philippe Couillard a fait valoir que les conditions posées par le Québec, qui rejoignent celles de l'Ontario, pouvaient apporter des améliorations au projet d'oléoduc. Il a mentionné qu'il remplissait son rôle de premier ministre, «qui est de promouvoir nos juridictions et surtout de donner le message à notre population qu'on va exercer pleinement ces juridictions-là».

Contrairement à son collègue Brad Wall de la Saskatchewan, Brian Gallant, qui est présentement en tournée pour promouvoir le pipeline Énergie Est, n'est pas inquiet des conditions posées par le Québec et l'Ontario pour donner leur aval à sa construction.

«Les principes énumérés par le premier ministre Couillard et la première ministre Wynne (Ontario) sont bien raisonnables. Ils sont aussi atteignables, a souligné le chef du gouvernement néo-brunswickois. Je vais continuer, pour ma part, de parler des bénéfices et bien sûr de nous assurer que le projet aille de l'avant de la meilleure façon possible.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos