Charles Lecavalier
Agence QMI

Pierre Karl Péladeau s'estime harcelé par les journalistes

Charles Lecavalier

QUÉBEC - Le député et baron de la presse Pierre Karl Péladeau estime être harcelé par les journalistes. «Ça va arrêter où alors, à ce moment-là? Dites-le-moi, est-ce que ça va aller jusque dans les toilettes?» s'est exclamé M. Péladeau lors d'un point de presse improvisé à l'entrée du caucus péquiste.

«Il y a des endroits pour avoir des entrevues, comme ici. Il y a un «scrum» ici. Vous savez que ça se produit. Vous savez que si vous avez des questions à me poser, vous me les posez au moment opportun, au bon endroit», a ajouté M. Péladeau.

La veille, M. Péladeau a accusé un journaliste de harcèlement sur Twitter. Il estime avoir été poursuivi dans un endroit «privé», les escaliers de l'Assemblée nationale, et il ne digère pas avoir été appelé sur son téléphone personnel. «Vous allez me poser des questions sur mes tweets? Oui?» a-t-il lancé, visiblement irrité d'être questionné à ce sujet.

À son avis, les reporters n'ont pas à lui téléphoner sur son cellulaire et n'ont pas à le questionner en dehors du «moment opportun», qu'il détermine lui-même. «Parce que sinon, ça va être le free-for-all», a expliqué M. Péladeau.

«Il y en a des attachés de presse et elles sont nombreuses et nombreux. Alors il n'a pas à m'appeler sur mon téléphone personnel», a ajouté le député vedette. Lorsque des membres de la presse parlementaire lui ont souligné que la pratique était courante, il a ajouté «très bien, mais moi je trouve ça inacceptable».

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos