Nicolas Lachance
Agence QMI

Nouvelles coupes: grogne dans les cégeps du Québec

Nouvelles coupes: grogne dans les cégeps du Québec

Yves Bolduc.Photo Simon Clark / Agence QMI

Nicolas Lachance

QUÉBEC – La Fédération des cégeps du Québec est en colère et dénonce de nouvelles compressions budgétaires de 19 millions de $ imposées par le ministère de l’Éducation, qui pourrait restreindre les services directs aux étudiants et mener à une augmentation de certains frais.

Les directeurs généraux des établissements collégiaux font face à un nouveau casse-tête.

Déjà, plus d'une trentaine des 48 cégeps avaient dû boucler un budget déficitaire en septembre dernier, parce que le gouvernement avait annoncé des coupes de 20 millions $, pour un total de 109 millions $ durant les quatre dernières années.

«Trop, c’est trop! (...) Dans une situation délicate et difficile, des cégeps venaient tout juste de renouveler des employés précaires», a affirmé Jean Beauchesne, le président de la Fédération des cégeps du Québec.

Les directeurs et directrices se questionnent sur les réelles intentions du ministre de l’Éducation Yves Bolduc, qui avait mentionné que l’éducation était l’une de ses priorités.
Jean Beauchesne demande donc au ministre de tenir sa parole, sinon ce sont les étudiants qui écoperont.

«Les résultats, c’est aussi la réduction de services directs aux étudiants», a-t-il ajouté. «En tant que directeur, couper dans les services aux étudiants c’est la dernière chose qu’on souhaite et ça va toucher les étudiants les plus vulnérables dans nos établissements».

Augmentation des frais

Les cégeps de la région ont dû augmenter leurs revenus afin d’atteindre l’équilibre budgétaire cette année. Pour ce faire, ils ont augmenté les frais des services sociaux, culturels, d’entrepreneuriat et sportifs.

«Maintenant, nous touchons à l’os! On n’a plus de marge de manœuvre, aucune. C’est terminé», a signalé, très choquée, la directrice générale du Cégep Garneau, Denise Trudeau, précisant que ces augmentations avaient été établies avant la nouvelle hausse.

«Notre administration a procédé à une augmentation des frais complémentaires pour les services aux étudiants. On a demandé à nos étudiants ce qu’ils pouvaient faire pour leur cégep. Ce n’est pas une réponse agréable à donner, mais on a besoin d’aller chercher différentes sources de revenus. On ne peut pas augmenter les droits de scolarité», a-t-elle souligné.

Immigrants de Québec touchés

Au Cégep de Limoilou, les coupes pourraient aussi faire très mal aux clientèles les plus vulnérables, comme les immigrants.

«À Limoilou c’est 12 % de notre clientèle. Ces gens, pour être capables de les amener jusqu’au diplôme, ils ont besoin de services. Il y a un accueil particulier pour eux», a expliqué Louis Groulx, le directeur général de l’établissement, soulignant que ce type de service pourrait être aboli.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos