Aide sociale: pas de garantie qu'il n'y aura pas de coupes

Aide sociale: pas de garantie qu'il n'y aura pas de coupes

Philippe Couillard et François Blais. Photo Jean-François Desgagnés / Agence QMI

QUÉBEC - Le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, est incapable de garantir que les prestations d'aide sociale ne seront pas réduites dans le prochain budget.

«Je ne peux pas garantir quoi que ce soit pour le moment, a-t-il déclaré, mercredi, à la sortie du Conseil des ministres. On n'est pas sur ces hypothèses-là.»

M. Blais a mentionné qu'à l'instar de ses autres collègues ministres, il devait contribuer à l'effort budgétaire et atteindre certaines cibles de réduction des dépenses. Le ministre a martelé qu'il tenterait de limiter les coupes au secteur administratif et de protéger les plus vulnérables.

François Blais n'a cependant pas voulu préciser la ou les catégories de prestataires d'aide sociale auxquelles il faisait allusion en parlant des «plus vulnérables».

«Je ne veux pas commenter sur la nature de qui est plus vulnérable parce que vous allez me faire dire indirectement ce que je ne veux pas dire directement, mais on est à l'intérieur de ces contraintes-là puis on travaille d'assez près avec le Conseil du trésor et je suis assez optimiste pour la suite des choses», a-t-il répondu.

La sortie du ministre survient après que «Le Journal de Québec» eut révélé dans son édition de mercredi que le gouvernement Couillard n'écartait pas la possibilité d'effectuer des compressions dans l'aide sociale pour atteindre ses cibles budgétaires.

Inacceptable, selon QS

Le député solidaire de Mercier, Amir Khadir, a affirmé que le gouvernement commettrait une grande injustice en réduisant les prestations d'aide sociale. Il a qualifié cette hypothèse d'inacceptable.

«Ça serait terrible s'il allait de l'avant. Un gouvernement dont le secteur économique est dominé par des banquiers, qui ne coupe pas dans le cadeau, le bonbon que le gouvernement Charest a donné aux institutions financières puis qui se donne le droit de couper dans l'aide sociale, ça trahirait l'immense injustice, l'immense déconnexion de ce gouvernement-là par rapport à la réalité des gens», a réagi M. Khadir.


Vidéos

Photos