Québec veut son propre registre

Armes à feu - Québec veut son propre registre

Les données du registre canadien des armes d’épaule sont en destruction depuis l’adoption du projet de loi C-19 du gouvernement Harper. Les données en provenance du Québec n’ont toutefois pas été détruites encore puisque Québec s’est adressé aux tribunaux pour contester la décision des conservateurs.Photo: Agence QMI / Archives


Geneviève Lajoie

QUÉBEC - Le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, a annoncé jeudi son intention de déposer un projet de loi visant à créer un registre québécois des armes à feu.

Le ministre a profité de la commémoration de la tuerie à l'École Polytechnique de Montréal, survenue le 6 décembre 1989, pour confirmer que le gouvernement avait l'intention d'aller de l'avant dans ce dossier.

Les données du registre canadien des armes d'épaule ont été détruites par le gouvernement Harper, en raison de l'adoption en février dernier du projet de loi C-19 abolissant le registre des armes d'épaule.

Les données du registre en provenance du Québec n'ont toutefois pas encore été détruites, puisque le gouvernement du Québec s'est rapidement adressé aux tribunaux pour contester la décision des conservateurs.

Québec a obtenu gain de cause devant la Cour supérieure en septembre, mais Ottawa a porté le jugement en appel. La cause sera entendue en mars.

Le groupe Polysesouvient a «vigoureusement» applaudi l'annonce du ministre Bergeron de même que «le courage politique» du gouvernement.

«Nous sommes extrêmement ravis d'apprendre que le gouvernement, appuyé par tous les partis présents en chambre, entend concrétiser son engagement d'instaurer un système d'enregistrement des armes d'épaule au Québec», a déclaré Heidi Rathjen, diplômée de Polytechnique et porte-parole de Polysesouvient.

Dans un communiqué, le groupe a dénoncé les efforts du gouvernement fédéral pour affaiblir davantage les mesures de contrôle sur les armes.

«Il y a quelques semaines, le gouvernement Harper annonçait l'annulation des règlements qui auraient encadré les foires d'armes et, cette semaine, il a retardé de nouveau la mise en œuvre des exigences sur le marquage des armes visant à réduire le trafic illégal international.»


Vidéos

Photos