La victime était un technicien en éclairage

Dernière mise à jour: 05-09-2012 | 15h04

La personne qui est tombée mardi soir sous les balles d’un forcené lors de l’attentat perpétré au Métropolis, à Montréal, était un technicien en éclairage travaillant pour le compte des Productions du Grand Bambou, partenaires de l’Équipe Spectra.

Denis Blanchette, âgée de 48 ans, se trouvait aux abords de l'édifice lorsqu'elle a été touchée.
« Son décès a été constaté sur place », a indiqué un porte-parole d'Urgences santé, tôt mercredi.

L'autre victime, un homme de 27 ans, serait aussi un employé des Productions du Grand Bambou, une entreprise basée à Verdun. Il a été touché dans le bas du corps et repose maintenant hors de danger à l'hôpital.

En milieu d’après-midi mercredi, le Centre de santé de l’Université McGill (CUSM ) a confirmé que deux personnes ont été transportées au Centre de Traumatologie de Niveau 1 de l’Hôpital Général de Montréal dans la nuit de mardi à mercredi à la suite de la fusillade survenue au Métropolis.

Puis, mercredi matin, un individu sous protection policière, qui serait vraisemblablement l’homme de 62 ans suspecté d’être l’auteur de la fusillade, Richard Henry Bain, a été amené à l’Hôpital du Royal Victoria pour une évaluation médicale.

Aussi sur Canoe.ca
EN IMAGES:

Élections 2012

Aussi sur Canoe.ca:
«La folie a frappé»

sous le choc

Résultats du scrutin:
Notre tableau électoral

Toujours à la suite de la fusillade, d’autres personnes ont été transportées à l’Hôpital Général de Montréal, l’une d’elles a été traitée pour un choc nerveux et a depuis reçu son congé. Un autre a subi une opération chirurgicale et sa condition est stable.

En plein discours de victoire


Au même moment où la nouvelle première ministre Pauline Marois prononçait son discours devant une foule en liesse, le tireur s’est approché de l'entrée des artistes située à l'arrière du Métropolis. Il a alors ouvert le feu à l'extérieur du bâtiment.

Selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), le suspect aurait d'abord tenté d'accéder à la scène par une porte qui était barrée. Il se serait ensuite dirigé vers l’entrée des artistes, à l’arrière, où il aurait été intercepté par les techniciens.

Des témoins rencontrés sur place ont affirmé que l'homme aurait lancé un cocktail Molotov contre la porte de l'entrée. Les policiers ont d'ailleurs confirmé qu'un accélérant avait été utilisé.

Un véhicule utilitaire sport de marque GMC Yukon, qui appartiendrait au tireur, a fait l'objet d'une fouille par les policiers, tôt mercredi matin. Les images captées par l'hélicoptère TVA Nouvelles laissaient croire qu'un bidon de carburant a été retrouvé dans la voiture. Le suspect aurait pu utiliser cette substance comme accélérant afin de démarrer l'incendie à l'arrière du Métropolis.

Quelques résidences du secteur ont également été évacuées, par crainte qu'une explosion ne soit déclenchée.

Un technicien qui se trouvait « à 30 pieds de l'incident » a livré son témoignage sur Facebook. Selon lui, les deux victimes « semblent avoir tenté de toutes leurs forces d'empêcher [le suspect] d'entrer dans la salle ». Ce serait vraisemblablement à ce moment qu'ils auraient été atteints par des projectiles.

Le suspect, bedonnant, vêtu de bleu et portant une cagoule, a rapidement été arrêté par le SPVM. « Il est rencontré par les enquêteurs », a indiqué le SPVM. Pendant qu'il était escorté par les policiers, il a scandé, en français : « Les anglophones se réveillent! »

Le suspect était vraisemblablement en possession d'un puissant fusil d'assaut de type Kalachnikov. Plus d'une arme a été saisie par les policiers, selon l’agent du SPVM Ian Lafrenière.

Les militants péquistes ont quitté dans le calme la salle de spectacle située sur la rue Sainte-Catherine, dorénavant considérée comme une scène de crime.

Une vigile a rapidement été organisée au Métropolis pour la soirée de jeudi,  « en soutien aux victimes, aux familles des victimes, et à tout un peuple qui a besoin de paix », selon les organisateurs. Celle-ci débutera à 20 h.

La Sûreté du Québec est responsable de l’enquête sur l’incident, en collaboration avec le SPVM.


Vidéos

Photos