Régys Caron
Agence QMI

L'hydroélectricité au lieu de l'essence

Bornes publiques de recharge - L'hydroélectricité au lieu de l'essence

Le ministre Clément Gignac, rêve de voir le Québec réduire sa dépendance au pétrole importé.© Didier Debusschere / Agence QMI


Régys Caron

QUÉBEC - Hydro-Québec commence à déployer son réseau de bornes publiques de recharge pour véhicules électriques. La société d'État vient d'ouvrir ses 34 premières bornes situées dans les régions de Québec et de Montréal.

Le ministre des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF), Clément Gignac, rêvait hier à voix haute de voir le Québec réduire sa dépendance au pétrole importé.

« Les deux tiers de notre déficit commercial sont dus à l'achat de pétrole qui nous coûte 11 milliards de dollars par année. Faire le plein d'énergie sur un véhicule électrique coûte beaucoup moins cher (2,50 $ pour un plein) et l'argent reste au Québec », a dit M. Gignac.

Aux 34 bornes à 240 volts inaugurées hier dans des terrains de stationnement de chaînes commerciales RONA, Rôtisseries Saint-Hubert et Metro, « au moins » 86 autres viendront s'ajouter l'été prochain, toujours en périphérie de Montréal et de Québec.

Il s'agit du premier réseau de bornes de recharge électriques au Canada, ont fait valoir le ministre Gignac et Hydro-Québec. Le rythme de déploiement du réseau s'ajustera par la suite à l'arrivée de véhicules électriques sur le réseau routier.

Inconvénients

Il faudra encore du temps avant que l'automobile électrique ne supplante le véhicule aux hydrocarbures.

Il existe encore d'importants inconvénients à l'utilisation d'un véhicule électrique. Recharger au complet une batterie peut prendre entre six et huit heures et l'autonomie de ces véhicules varie entre 50 et 150 kilomètres, selon la température, la saison et le type de conduite (« sportive » ou modérée), selon ce qu'on a pu entendre hier.

Le grand froid hivernal réduit l'autonomie des véhicules électriques, a convenu Pierre-Luc Desgagnés, directeur de la planification stratégique à Hydro-Québec.

« Les véhicules tout électriques répondent aux besoins urbains et péri-urbains. Pour les plus longues distances, on suggère les véhicules hybrides rechargeables (plus chers à l'achat) », a dit M. Desgagnés.

Quant à la recharge, celle-ci se fait principalement à domicile, plaide Pierre-Luc Desgagné. En quittant le domicile, le matin, le véhicule est rempli. Les bornes publiques servent de recharge d'appoint, ajoute-t-il.

Hydro-Québec prévoit installer, dès l'an prochain, des bornes publiques de recharge rapide à 400 volts. Le temps de recharge pourra alors être réduit à une trentaine de minutes. De telles bornes pourront être installées en bordure des autoroutes, entrevoit Hydro-Québec.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos