Jean-Luc Lavallée / Agence QMI
Journal de Québec

Pas de «lignes de presse»?


Jean-Luc Lavallée / Agence QMI

QUÉBEC – Les députés du Parti québécois affirment qu'on ne leur transmet pas de « lignes de presse » pour contrôler leur message, contrairement au Parti libéral.

« Il n'y a pas personne qui nous envoie quoi répondre. Soyez-en assurés, je suis libre de ce que je dis! » a commenté la députée Lorraine Richard. L'affaire de la « cassette libérale », exposée dans « Le Soleil », en a fait réagir — et sourir — plusieurs sur la colline parlementaire jeudi.

« Au Parti québécois, vous savez, quand bien même on nous en enverrait, ce n'est pas dans notre nature », a ironisé le député péquiste de Roberval, Denis Trottier. À l'évidence, les péquistes jouissent d'une plus grande liberté d'expression, ce qui comporte son lot d'avantages, mais aussi d'inconvénients...

« Moi je peux comprendre qu'il faut éviter d'avoir trop de chicanes, ça, c'est normal, mais qu'il n'y en ait jamais? On ne peut pas penser que tout le monde est d'accord sur tout, tout le temps. Ce qui nous surprend, au Parti libéral, c'est qu'il y ait juste une personne qui parle, c'est le premier ministre et tout le monde est à genoux, et ça, c'est complètement aberrant. C'est très questionnable de voir ça », a ajouté le député Trottier.

« Pas très noble »

L'ex-députée du PQ, Lisette Lapointe, a été plus nuancée sur les pratiques de son ancien parti. « Receviez-vous des réponses pour les journalistes? Pas du tout. Mais selon l'actualité, en campagne, il y a des lignes de presse, sur quels enjeux on va insister, mais ça n'a rien à voir avec quoi dire ou quoi ne pas dire. C'est peut-être comme ça qu'il (Jean Charest) réussit à avoir tout le monde dans le rang, tout le temps. Ce n'est pas très noble... »

Les pratiques médiatiques du PLQ ont été mises au jour dans le quotidien Le Soleil qui a dévoilé le contenu d'un document interne envoyé par courriel aux députés du parti mercredi. Bien que la stratégie surprenne peu d'observateurs, certaines lignes soumises aux députés sont savoureuses.

« Question : Allez-vous vous présenter aux prochaines élections? Réponse suggérée : Il est encore tôt pour annoncer ses couleurs! Nous avons un mandat jusqu'en décembre 2013. J'ai encore beaucoup d'énergie pour promouvoir et défendre les intérêts de mes concitoyens et je suis en grande forme », peut-on lire.

Réaction de la CAQ

Le chef parlementaire de la CAQ, Gérard Deltell, a pris la chose avec un grain de sel. « Faut savoir de quoi on parle, mais de là à dire, je pense ceci, ou je pense ça, de mettre du mot à mot comme ça, c'est un peu burlesque, j'avoue que j'ai trouvé ça drôle. »

Fournier réplique

« C'est non seulement tout à fait normal, c'est même souhaité », a répliqué le ministre de la Justice, Jean-Marc Fournier.

« Le pire, quand les Québécois nous regardent, c'est de se demander : ces gens-là sont dans un parti, mais ils ont tous des positions différentes les uns contre les autres, comment ils peuvent assurer une cohérence à la gouverne de l'État? Regardez avec la CAQ, je crois qu'ils vont avoir beaucoup de travail à faire leurs lignes eux autres. »

Il a ensuite donné du leste, assurant qu'aucun député n'est confiné au mot à mot de ces lignes de presse. « Chaque député est maître de sa parole comme moi je suis maître de la mienne. Ça ne m'empêche pas de vous dire que je suis en pleine forme! Regardez-moi aller quand je réponds à vos questions puis regardez les lignes.... », a répliqué le ministre de la Justice, Jean-Marc Fournier.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos