Agence QMI
Agence QMI

Sommet de l'OTAN: le Canada n'entend pas porter ses dépenses militaires à 4 % de son PIB

Sommet de l'OTAN: le Canada n'entend pas porter ses dépenses militaires à 4 % de son PIB

Angela Merkel et Justin Trudeau lors du sommet de l'OTAN.AFP

Agence QMI

Le Canada ne compte pas porter ses dépenses militaires à 4 % de son PIB, comme l'a demandé le président américain Donald Trump, mercredi, aux dirigeants réunis au sommet de l'OTAN.

«Durant les remarques du président aujourd'hui au sommet de l'OTAN, il a suggéré que les pays ne se contentent pas seulement de respecter leur engagement de 2 % du PIB en dépenses militaires, mais qu'ils l'augmentent à 4 %», a fait savoir aux journalistes la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders.

Appelé à réagir, le bureau du premier ministre a renvoyé l'Agence QMI aux positions déjà exprimées par le gouvernement, comme quoi l'engagement militaire ne se mesure pas qu'en termes d'argent.

«On peut parler des investissements, mais à la fin de la journée, ce sont les contributions qui ont un impact sur le terrain», a déclaré en point de presse mercredi matin le ministre de la Défense, Harjit Sajjan.

Comme pour témoigner de sa bonne foi, le Canada a annoncé mercredi matin qu'il enverrait à l'automne 250 militaires en Irak pour une mission de formation de l'OTAN, et ce, après avoir annoncé la veille une prolongation jusqu'en 2023 de sa mission en Lettonie.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a parlé de ces opérations comme des «contributions très concrètes, très significatives».

Selon les chiffres publiés mardi par l'OTAN, les dépenses militaires canadiennes s'élèvent à 1,23 % de son PIB.

Outre les États-Unis, seulement quatre pays de l'alliance militaire - qui en regroupe 29 - atteignent la cible de 2 %: la Grèce, l'Estonie, le Royaume-Uni et la Lettonie. La Pologne et la Roumanie s'en approchent et se sont engagées à la respecter.

Le président américain Donald Trump a vertement critiqué, tant mercredi que dans les jours précédents le sommet de Bruxelles, en Belgique, les membres de l'OTAN qui ne respectent pas l'engagement de 2 % pris en 2014.

«Il y a plusieurs façons d'évaluer, de comparer l'implication de différents pays. Le 2 % en est une. Mais pour nous l'important c'est: est-ce qu'un pays à la capacité d'intervenir, une capacité de contribuer de façon concrète et nécessaire à l'OTAN? Sur cette mesure-là, le Canada est toujours en train de bien faire», avait affirmé le premier ministre Trudeau, mardi, en Lettonie.

Il avait alors exclut que le Canada double ses dépenses militaires.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos